Cartes postales anciennes de parcs à fabriques (X)



Mauperthuis


  la pyramide,   la grotte qui communiquait,   le château des Coteaux et ses fabriques,   Mistou   le village

 

La Pyramide


 

la pyramide

la pyramide

la pyramide


 

la pyramide

la pyramide

pyramide de Mauperthuis

pyramide de Mauperthuis

la pyramide


 

arrière de la pyramide

grotte de Mauperthuis

arrière de la pyramide

arrière vu de la route (en descendant)

la pyramide vue de la route de Rozoy

arrière vu de la route (en montant)

La pyramide est le reste majeur du domaine et le support de la notoriété du site. Elle est assez fréquemment appelée "Le Rocher" sur les cartes postales anciennes, ou encore "la Grotte", ce qui peut entraîner une certaine confusion avec la grotte ci-dessous.

 

haut de la page

 


La grotte


 

la grotte

la grotte

la grotte qui se trouve de l'autre côté de la route, en contrebas

De cette grotte on accédait au souterrain qui passait sous la route et débouchait dans la salle intérieure de la pyramide. Depuis, ce souterrain a été condamné.


la grotte

la grotte

la grotte


 

grotte de Mauperthuis

grotte de Mauperthuis

l'entrée de la grotte vue depuis l'intérieur

La carte de droite est semi-récente, je ne peux donc pas donner d'image agrandie mais elle donne une vision différente, sans doute plus conforme à l'impression ressentie.

 

haut de la page

 


Le château des Coteaux et ses fabriques


 

Château des Coteaux

Le château des Coteaux

La propriété du château des Coteaux est une extension du domaine des Montesquiou. Le parc s'étirait le long de l'Aubetin pour aboutir à la parcelle où fut construit par Brongniart ce pavillon de plaisance d'un genre médiéval, dans le même esprit que la Tour des gardes mais à l'échelle d'une demeure. Le chemin menant au gué de l'Aubetin restait public et interrompait la continuité du domaine ; des remparts crénelés formant fossés furent construits de part et d'autre au-dessus du chemin, avec un pont levis assurant la jonction des deux parties et une tour dite "de d'Artagnan" (à qui le domaine avait appartenu).   Après destruction du château principal, le château des Coteaux devint l'élément qui s'imposait à Mauperthuis. Aussi pouvez-vous remarquer que plusieurs des cartes postales ci-dessus sont intitulées "château des Coteaux", y compris celles montrant la pyramide. De plus, une partie des cartes postales en question ont un intitulé les localisant à Saints; en effet, le château des Coteaux est en contrebas de ce dernier village, situé à un kilomètre à l'est de Mauperthuis.


le château des Coteaux

le château des Coteaux

le château des Coteaux

château des Coteaux

La vue de gauche est proche de celle ci-dessus, introductive à la partie : face au chemin, la façade est néo-gothique. La vue du centre et celle de droite nous montrent la façade sur la pièce d'eau; c'est celle d'un confortable home bourgeois du 19ème siècle ! on croit ne pas voir le même bâtiment. L'arrière aurait-il été reconstruit ? je n'ai pas d'informations sur ce point mais il semble qu'il aurait au moins pu être agrandi, après que le château principal eut été détruit et que celui des Coteaux soit devenu la résidence des maîtres du domaine.   L'effet est analogue à celui de la Tour des Gardes que l'on verra ci-dessous : pour le décor, la partie visible du cœur du domaine est néo-gothique et l'arrière est banal.

Fossés du château des Coteaux

Fossés du château des Coteaux

Fossés du château des Coteaux

les fossés du château des Coteaux

Ces trois vues sont assez voisines. Les fossés encadrés de remparts forment un ensemble impressionnant et réaliste, s'étendant en pente au-dessus du passage à gué de l'Aubetin. La vue ci-dessous est prise d'en haut, du début des fossés; le nom pompeux et artificiel de "tour de d'Artagnan" est devenu localement "la Tourelle".

mur crénelé au château des Coteaux

Château des Coteaux : les Tourelles

mur crénelé au château des Coteaux et le lava de Mauperthuis

mur crénelé au château des Coteaux

le chemin des Tourelles

mur crénelé et le lava

Sur la carte de droite on désigne par lava ce lavoir directement installé au bord d'un cours d'eau. Ce pourrait être un nom régional, on n'en trouve pas trace ailleurs. Mais on observe sur les cartes d'un moulin voisin une confusion "Lava" / "Laval", ce qui ne veut pas dire que ce soit Lava qui soit erroné.

 

La chaumière de Mauperthuis

La chaumière de Mauperthuis

la chaumière

La carte de gauche est intitulée "La Chaumière - XVIIIème siècle" et celle de droite "Pavillon des Amours". Il s'agit à l'évidence de la même construction. Ils se trouvaient a priori dans la partie du parc en amont du moulin de Mistou, rattachée au château des Coteaux. En effet, une chaumière est décrite dans les fabriques du parc des Montesquiou. Mais la carte ci-dessus nous montre-t-elle celle d'époque ? existe-t-elle toujours ?

La pavillon des naïades

La pavillon des cerfs

Le pavillon des naïades - Pavillon des Amours

 

Le pavillon des cerfs

Malgré leur intitulé différent, ces deux cartes semblent nous montrer la même construction : en effet la disposition des colonnes et des autres éléments est identique. La végétation a beaucoup évolué mais ceci peut s'accorder à des prises de vues éloignées dans le temps. S'agit-il de la chaumière ci-dessus, avant ou après réhabilitation, en particulier des colonnes ? la première carte ayant un intitulé double, dont celui de "Pavillon des Amours"; difficile à dire. Toutefois, En tout cas, la mention "Château des Coteaux" (qui est plus sure) la situerait également dans la partie du parc en amont du moulin de Mistou.

 

les cascatelles

les cascatelles

les cascatelles

les cascatelles

les cascatelles

La carte de gauche et celle du centre s'intitulent "les cascatelles". Mais la troisième est intitulée "Mauperthuis - la fontaine pétrifiante". C'est sans doute une appellation de fantaisie de plus. Enfin, la carte la plus à droite est intitulée "les cascadelles", variante orthographique acceptée pour cascadelle.   Il ne semble pas s'agir d'un aménagement d'époque, plutôt d'un complément du 19ème.

Saints : sous-bois dans le parc du château des Coteaux

le château des Coteaux

le château des Coteaux

Sous-bois dans le parc

Passerelles sur l'Aubetin

le lac du parc


 

 

haut de la page

 


Mistou


 

Tour des gardes sur la route de Rozoy

Tour des gardes sur la route de Rozoy

Tour des gardes sur la route de Rozoy

Tour des Gardes

Mistou est le nom du lieu-dit autour du moulin, en rive gauche de l'Aubetin, longé par la route de Rozoy (aujourd'hui Rozay-en-Brie).   La Tour des Gardes, construite par Brongniart, constituait une fabrique. Elle marquait le début du domaine en venant de Rozoy et servait de logement au garde.

Tour des gardes sur la route de Rozoy : l'arrière

Tour des gardes sur la route de Rozoy : l'arrière

Tour des Gardes

Sur la carte de gauche, on voit le moulin derrière la tour.   Il est amusant de constater que seules les faces de la tour vues du domaine sont en pierre de taille, le reste en maçonnerie ordinaire recouverte d'enduit taloché.

Tour de Mistou

le groupe de bâtiments de Mistou

Cette vue complètement inhabituelle est intitulée "Saint-Augustin Le moulin et la tour de Mistou". En effet, le champ vide au premier plan, devant le photographe, est sans doute au moins en partie sur le territoire communal de Saint-Augustin, qui est limitrophe de Mauperthuis à l'ouest et s'avance jusqu'à la route le long de laquelle se dresse la Tour des Gardes. La silhouette de la tour est bien visible mais elle est moins immédiatement identifiable car l'éloignement donne l'impression que les bâtiments du moulin à sa gauche sont à la même distance. Évidemment, Mistou est au-delà de la route, sur le territoire communal de Mauperthuis.

 

la pyramide

l'obélisque

L'obélisque est au premier carrefour sur la route de Rozoy; on peut d'ailleurs le distinguer sur la carte de gauche montrant la Tour des Gardes. Je ne sais pas s'il était considéré comme rattaché au domaine. Sur les cartes anciennes, on l'appelle "pyramide", alors que la pyramide est souvent appelée "grotte".

 

 

haut de la page

 


le village


 

Fontaine de la place à Mauperthuis

Fontaine de la place à Mauperthuis

Fontaine de la place à Mauperthuis

fontaine de la place du village


 

Fontaine de la place à Mauperthuis

Fontaine de la place à Mauperthuis

Fontaine de la place à Mauperthuis

la fontaine

La fontaine, due à Brongniart ou Nicolas Ledoux, est un cadeau aux habitants de Mauperthuis. Elle ne fait pas partie du domaine mais c'est une des rares constructions réalisées pour les Montesquiou qui subsiste. Sur la carte de gauche et celle du centre, on voit au fond à gauche l'imposante tour du pigeonnier seigneurial, bien antérieur aux aménagements du domaine, et qui en marque l'entrée principale.

 

Les cartes ci-dessus nous montraient la fontaine avec des habitants du village, tous paysans typiques. Les vêtements, les occupations, les seaux, les brocs, reflètent sa ruralité; sur la carte du milieu de la seconde rangée, des vaches paissent.

J'ai essayé de les réunir toutes, témoignages de la vie d'alors.

Fontaine de la place à Mauperthuis

la fontaine

 

Au contraire, cette dernière carte nous montre, à côté d'habitants du village venus voir la scène, une joyeuse bande de promeneurs à bicyclette; une automobile les accompagne. Visiblement, des citadins des environs.

Peu importe que la scène soit spontanée ou préparée par le photographe, elle annonce le basculement d'une époque. J'ai volontairement cassé ma présentation habituelle pour marquer la rupture.


L'église avait été également retouchée par Ledoux mais elle est loin du style de la fontaine.

Église de Mauperthuis

Église de Mauperthuis

Église de Mauperthuis

l'église

 

Ces cartes postales datent des premières années du 20ème siècle. Elles sont l'œuvre de photographes commerciaux anonymes,
pour le compte d'éditeurs locaux disparus. Bien entendu leurs droits sont préservés.
Le temps ayant passé, je me permets de les présenter à l'écran pour notre plaisir.


haut de la page page précédenteretour accueil plan du site homepage

page créée en avril 2002  -  dernière mise à jour : 16 mars 2017