Cartes postales anciennes de parcs à fabriques (III)



 

Ermenonville


parc Jean-Jacques Rousseau,   partie nord,   le château et la ville,   le dolmen de Trie-Château,

 


Parc Jean-Jacques Rousseau


Les cartes sont présentées dans l'ordre de découverte du paysage et des fabriques lors d'une promenade classique dans le parc.

grande cascade, ile des peupliers et temple de la philosophie

Grande cascade, île des peupliers et temple de la philosophie

Cette gravure représente le panorama avant l'orage de 1787, qui détruisit l'archipel et la grande cascade.   L'artiste prend quelques libertés avec la perspective réelle


façade sud du château avec la pièce d'eau

grand étang, avec le château

Le château, façade sud

 

Le grand étang


 

La grande cascade

La grande cascade

La grande cascade


 

La chaussée du grand étang

La chaussée du grand étang

La chaussée du grand étang

La chaussée du grand étang

Cette chaussée formant barrage ferme le grand étang du côté est, face au château. Une abbaise formant déversoir donne naissance à la grande cascade; on distingue très nettement son entrée au premier plan, sur la carte de gauche. Malheureusement, je ne connais pas de carte de la grotte des Naïades, qui s'ouvre sur le flanc gauche, après la grande cascade.   La carte du milieu est cadrée un peu plus à droite et montre bien l'embarcadère du 19ème siècle, d'où son intitulé.   La carte de droite nous montre un pêcheur inspiré.


 

Pont de la brasserie

Pont de la brasserie

Pont de la brasserie

Pont de la brasserie


 

Pont de la rêverie

Pont de la rêverie

Pont de la rêverie

Pont de la rêverie

Ce pont en faux rondins de ciment armé n'est évidemment pas une fabrique du marquis de Girardin; il date du 19ème siècle.   La vue du centre et celle de droite permettent de reconnaître le pont qui conduit à la chaussée de l'étang d'où coule la grande cascade. Ce nom charmant mais artificiel et un peu surfait est tombé en désuétude; c'est tant mieux car il introduit une confusion avec l'Autel de la Rêverie, en référence duquel il a certainement été appelé. D'ailleurs, il ne semble malheureusement pas exister de carte postale ancienne de l'Autel.

Le plus souvent, je néglige les cartes de constructions parasites et n'en présentais pas de ce pont, jusqu'à trouver celle de droite, qui est intitulée "Pont le la brasserie". Ces divagations des éditeurs égayent une collection qui serait sinon bien sérieuse.


 

Le dolmen

Le dolmen

Le dolmen

Le Dolmen

Le dolmen a été construit par Stanislas, le fils du marquis. La carte du milieu est la plus ancienne.


Temple de la philosophie

Temple de la philosophie

Temple de la Philosophie


 

Temple de la Philosophie

Temple de la Philosophie

Temple de la Philosophie

Le temple est la pièce maîtresse du "Parc au Midi", désormais appelé parc Jean-Jacques Rousseau. On trouve un grand nombre de cartes le représentant, en général sous l'angle des deux premières, parfois comme la suivante. Je n'ai pas cherché à les multiplier, la page s'alourdirait trop.


 

Ile des peupliers

Ile des peupliers

L'île des peupliers et le tombeau de Jean-Jacques Rousseau

Sur cette carte, l'île est reliée au rivage par une passerelle; elle permettait aux visiteurs de parachever leur "pélerinage" à Ermenonville en approchant le tombeau vide de Jean-Jacques Rousseau, ce qui permettait d'en détailler les bas-reliefs et l'inscription. Le monument était toutefois entouré d'une grille pour le protéger de démonstrations intempestives; elle est bien visible ci-dessous, sur la carte avec le personnage.

Sur cette carte, on voit la gracile passerelle en entier. Elle déséquilibrait la perspective visuelle de la scène paysagère voulue par le marquis de Girardin et il vaut mieux l'avoir supprimée, restituant ainsi la composition initiale. Très peu de cartes montrent la passerelle complètement, peut-être justement parce que la vue n'est pas harmonieuse.


Ile des peupliers

Île des peupliers et pêcheur

L'île des peupliers et le tombeau de Jean-Jacques Rousseau

Vue plus tardive de l'île, prise du pied de la butte du Temple de la Philosophie, en direction de la prairie arcadienne : la passerelle a été retirée.   À droite, un clin d'oeil aux figurants sur ces cartes postales de parcs.


Tombeau de J.-J. Rousseau dans l'ile des peupliers

Tombeau de Jean-Jacques Rousseau

Tombeau de Jean-Jacques Rousseau

Vues des deux faces du tombeau de Jean-Jacques Rousseau. Celle de gauche nous montre la face principale, que l'on voit depuis la rive, à côté de la Table des mères de famille. Celle de droite est prise depuis la berge au pied du temple de la Philosophie, en regardant vers la Prairie arcadienne; on voit donc l'autre face, celle qui porte l'inscription "Ici repose l'homme de la Nature et de la Vérité".


 

Tombeau de Jean-Jacques Rousseau

Tombeau de Jean-Jacques Rousseau

Tombeau de Jean-Jacques Rousseau

Deux vues du tombeau de Jean-Jacques Rousseau avec des personnages, qui donnent l'échelle : il est beaucoup plus grand que l'impression qu'on en a depuis la berge; c'est encore plus flagrant avec le gros plan de droite.


Table des mères

le kiosque chinois

Table des Mères

 

Le kiosque chinois

La carte postale est intitulée "Banc des mères". Ce banc accompagnait la Table des Mères. Comme son dosseret est cassé, on a tendance aujourd'hui à parler de la Table des Mères.

A priori, ce kiosque semble être une construction fin 19ème de l'époque des Radziwill. On peut encore en voir le soubassement circulaire en pierres, dans la zone où se trouvait le temple rustique. Il n'est pas forcément exactement au même emplacement.


berge du grand étang

veiux platanes

Berge du grand étang

 

Les vieux platanes

Nous sommes en rive sud de l'étang, presque en face de l'Île des Peupliers. Le Saule de la Romance poussait à peu près dans le petit arrondi de la berge. On ne peut pas être plus précis, car la forme de l'étang a changé, en particulier l'île des Boursaudes, qui se trouvait encore un peu plus en arrière, a été résorbée.

Ce sont peut-être les mêmes arbres qu'à gauche mais ce n'est pas certain.   Dans les deux cas, ces majestueux arbres inclinés forment un éventail et la branche la plus basse pousse à l'horizontale, le panache des feuilles s'avançant sur l'eau. C'est une de ces prouesses de jardiniers très appréciées pour la décoration de ces parcs.

 
 

le banc de la reine

le banc de la reine et la chaussée de l'étang

Cette carte est intitulée "allée du banc de la reine", mais la digue ne change pas de nom, elle reste la chaussée de l'étang. Le banc de la reine, à droite, est ainsi nommé car Marie-Antoinette s'y est reposée lors de sa visite et y a reçu les compliments des jeunes filles d'Ermenonville.


  haut de la page

 

Partie nord du domaine


 

Entrée du Désert

Entrée du Désert

L'entrée du Désert et le vieux hêtre à troncs multiples

On peut voir sur ces deux cartes le mur et un portail. Du temps du marquis de Girardin, l'entrée du Désert n'était qu'un seuil symbolique dans la barrière de bois, surmonté du fameux panneau "Charbonnier est maître chez lui".


 

Bruyères du Désert

Les bruyères du Désert

La carte ci-dessus nous montre le plateau du Désert et les deux ci-dessous l'espace sablonneux à la limite du Désert, là où il devient ce que l'on appelle aujourd'hui la Mer de sable.

Le Désert de sable

Le Désert de sable

Le Désert

Aujourd'hui l'attention se porte surtout sur le site de la cabane du philosophe et l'aplomb sur le grand étang. À l'époque du marquis, le Désert dans son ensemble était une curiosité naturelle hautement appréciée et les visiteurs parcouraient à ce titre les landes du plateau et les sables. Cet espace semi-nu a beaucoup changé : une végétation sans valeur a proliféré, suite à la disparition des lapins décimés par la myxomatose.


 

La cabane du philosophe

cabane du philosophe

cabane du philosophe

La cabane du philosophe

La carte de gauche est intituléee "cabane de Jean-Jacques Rousseau", celle du centre et celle de droite "cabane de Jean-Jacques". Le marquis l'avait construite bien avant qu'il eût pensé accueillir Rousseau; il l'avait donc appelée "cabane du bonhomme". C'est par la suite qu'elle prit le nom classique de "cabane du philosophe" (devenu "cabane de Jean-Jacques Rousseau" pour le commerce).


 

L'étang du Désert

L'étang du Désert

L'étang du Désert

L'étang du Désert

L'étang du Désert

Les trois vues de gauche sont prises de la route de Senlis, du milieu de la portion où la route longe au plus près la rive de l'étang. Sur la carte de gauche, on voit à l'arrière plan dans la moitié droite le flanc rocheux au sommet duquel se trouve la cabane du philosophe.   Il me semble que la vue de la carte la plus à droite est également prise de la route, du bout de la portion touchant l'étang; derrière l'avancée se trouverait alors l'étang des Crapauds.

 

Le moulin à l'italienne

Le moulin à l'italienne

Le moulin à l'italienne

Le moulin à l'italienne

Le moulin à l'italienne termine le parc au nord. On peut signaler qu'il fut habité par l'artiste Jean Richard. Celui-ci était également entrepreneur de spectacles forains, parmi lesquels le parc d'attraction de la Mer de Sable, situé un kilomètre plus loin, face à l'abbaye de Chaalis.


 

Table des amoureux

Table des amoureux

" Table des amoureux "

Au cours du 19ème siècle, on donna le nom de " Table des amoureux " aux restes du temple dédié aux muses et aux loisirs. Elle est située dans l'emprise du parc du château.
Regardez bien celle de droite agrandie : le parc a été orné de champignons en béton ! cette pratique très kitsch s'inscrit dans l'abâtardissement de la mode du treillage rustique de simili-branches en béton. On en observe des suiveurs actuels, par exemple dans l'ornementation des bords d'autoroutes.

On retrouve trois de ces champignons dans la carte de droite ci-dessous.

la source bouillonante

le bocage

la source bouillonnante

 

" le bocage "

La carte de gauche, intitulée "la source bouillonnante", porte encore le nom de la fabrique du marquis de Girardin.  Sur celle de droite, les champignons de part et d'autre du banc marquent une dégénérescence dans la décoration des jardins du marquis. Je ne me suis pas procuré une carte postale peu spectaculaire intitulée "bosquet des ...." confirmant que la partie nord du parc était au tournant du siècle un lieu de promenade agrémenté d'aménagements à l'usage des visiteurs. La mer de sable puis le parc Astérix ont développé le genre, à l'échelle que permet l'automobile et la consommation de masse et avec le glissement culturel des époques. Dans le fond, les jardins anglo-chinois n'en étaient-ils pas l'amorce ?


le hameau

" restes du hameau "

Cette carte est assez rare. Le Hameau est situé au nord-ouest du château entre la grande rivière et la route de Senlis. Cet espace privé est clos côté route par une grande muraille ne permettant pas d'en voir l'état actuel.


 

Kiosque de la Belle Gabrielle

Kiosque de la Belle Gabrielle

Kiosque de la Belle Gabrielle

Comme on s'en rend facilement compte sur les vues agrandies, ce kiosque est une construction fin 19ème / début 20ème de l'époque des Radziwill. Ceux-ci firent raser la tour, vétuste, et édifier ce kiosque à son emplacement, au bord de la grande rivière. Il y est toujours, mais est très difficile à apercevoir, sauf à entrer dans le château.


 

la grande riviere

la grande riviere

" la grande rivière "

"La grande rivière" est le large bief qui s'étend au nord du château et se termine avant le moulin à l'italienne. Sur la carte de gauche, qui regarde vers le sud, on voit au fond la face nord du château. La carte de droite, bien que s'intitulant " la pièce d'eau du petit parc ", nous montre également la grande rivière mais en regardant côté nord.


  haut de la page

 

Le château - la ville et ses abords


 

Façade arrière du château

Fossés du château

Cour d'honneur du château

Façade arrière

Les douves du château

Cour d'honneur


 

Cascade des fossés du château

Pont de la lanterne

Cascade des fossés du château

 

Le pont de la lanterne

Ces cartes mentionnent "pont de la lanterne" dans leur intitulé, ce qui est tout à fait approprié. C'est le nom que portait le pont de la chaussée devant le château. La cascade est toujours là (l'eau coulera après nous ...). Selon les gravures d'époque, la maison où mourut Jean-Jacques Rousseau se trouverait derrière les feuillages, sur la carte de gauche. Sur la carte de droite, on remarque la grande cascade à l'arrière-plan.


Le pavillon du regisseur

Le pavillon du régisseur

Le pavillon du régisseur serait la maison que le marquis de Girardin avait commencé à faire construire pour Jean-Jacques Rousseau quand il sut qu'il l'acceuillerait et qu'il avait surnommée "le Petit Clarens".


 

Les écuries

Tours d'entrée de ville

Entrée des écuries

 

Tours d'entrée de ville et maison Joseph II


 

route de Senlis

Route de Senlis

A gauche, la route longe le grand étang, au bord opposé duquel se trouve la cabane du philosophe. On ne voit pas l'eau, mais on distingue nettement la rambarde. C'est là que se trouvait la pierre gravée "A ma femme, à mon fils etc..", aujourd'hui disparue. A droite, la route longe le hameau, dont on voit une des bâtisses. Un peu à l'intérieur se trouve le bocage.

 

haut de la page

 

Trie-Château


 

Le dolmen de Trie-Château

Le dolmen de Trie-Château

Trie-Château est situé dans l'Oise. Tombant sur cette carte, la ressemblance avec le faux dolmen du parc me parut tellement frappante que je l'avais retenue. Sans information complémentaire, j'écrivais : " Ce dolmen authentique aurait-il inspiré Stanislas dans la conception du dolmen du parc ? Hypothèse des plus audacieuses, que je cite pour le plaisir " .

Mais J.-J. Rousseau ayant séjourné à Trie-Château pendant qu'il écrivait les Rêveries du promeneur solitaire, cette supposition pourrait être moins gratuite qu'il ne semble de prime abord. Stanislas avait presque certainement connaissance de ce séjour à Trie-Château, et le culte du philosophe était tel, qu'il est vraisemblable qu'il s'y soit rendu. Aurait-t-il alors vu ce dolmen et trouvé là l'inspiration pour celui d'Ermenonville ?

 

Ces cartes postales datent des premières années du 20ème siècle. Elles sont l'œuvre de photographes commerciaux anonymes,
pour le compte d'éditeurs locaux disparus. Bien entendu leurs droits sont préservés.
Le temps ayant passé, je me permets de les présenter à l'écran pour notre plaisir.


haut de la page page précédenteretour accueil plan du site homepage

page créée en mai 2000  -  dernière mise à jour: 6 mars 2017