Cartes postales anciennes de parcs d'autres pays d'Europe (I)



 

Suède  -  Le Haga

 

Pavillon Gustave III au Haga

Pavillon Gustave III au Haga

Pavillon Gustave III au Haga

Le pavillon Gustave III

Le pavillon Gustave III est au cœur du parc du Haga. Tout ce qui l'entourait devait contribuer à la perfection du décor et à la jouissance de se trouver dans un lieu extraordinaire. C'est un pavillon d'été; avec ses immenses ouvertures vitrées, il était impossible à chauffer en hiver.

intérieur du pavillon Gustave III au Haga

Intérieur du pavillon Gustave III

On remarque que les baies vitrées sont conçues pour être les plus ouvertes possibles sur l'extérieur et, en particulier, descendent au ras du sol. C'est une disposition tout à fait exceptionnelle pour l'époque; elle préfigure une orientation architecturale qui mettra plus d'un siècle pour s'affirmer, puisqu'elle apparaîtra vers 1930 avant de se diffuser largement après-guerre.   Le but est d'assurer une continuité avec la nature; on retrouve l'idée sous une autre forme, le trompe l'œil, au Salon du Hameau de Chantilly.


Temple de l'Echo au Haga

Temple de l'Echo au Haga

Temple de l'Echo au Haga

Le Temple de l'Écho (Ekotemplet)

 

allée au Haga

L'allée conduisant aux tentes

Il se pourrait que ce soit le bord de mer à gauche de l'allée. Ce serait donc celle qui longe le côté sud de la pelouse s'étendant devant les tentes, là où elle atteint le rivage.


les tentes en cuivre du Haga

les tentes en cuivre du Haga

Les tentes en cuivre (Koppartälten)

Les tentes en cuivre servaient de corps de garde.


Terrasse devant les tentes en cuivre au Haga

Terrasse de café devant les tentes en cuivre

Le parc du Haga, très accessible depuis le centre ville de Stockholm, est un lieu de promenade prisé, fréquenté toute l'année mais encore plus aux beaux jours. Un café installé dans les tentes en cuivre s'offre aux promeneurs. En hiver, on s'abrite à l'intérieur et, aux beaux jours, on peut s'installer à la terrasse. Les suédois aiment s'exposer au soleil, ils en ont même physiologiquement besoin au retour du printemps, pour compenser son absence en hiver. Aujourd'hui, l'affluence est à son comble sur la pelouse s'étendant en pente douce jusqu'au Brunnsviken depuis les tentes en cuivre. À l'époque de cette photo, on jugeait plus convenable de se limiter aux sièges d'une terrasse ! ... Douceur de vivre à la suédoise, en été : Sommarlek au Haga.


le Brunnsviken au coucher du soleil

Coucher du Soleil sur le Brunnsviken

Autre plaisir au Haga : le canotage sur le Brunnsviken (et le patinage en hiver).


entrée nord du Haga

entrée nord du Haga

Porte d'entrée du Haga

La carte est intitulée "Haga - Carl XIV Johans grindar" ou grille Charles XIV Jean, ex-maréchal Bernadotte, qui en ordonna la construction. On l'appelle aujourd'hui porte de Haga norra, du nom de la station de bus qui dessert le nord du parc.

 

Cette photo me semble plus tardive, tout en étant ancienne. Depuis, la grille a été reculée pour permettre l'élargissement de la route.   L'allée monte légèrement pour franchir une petite butte boisée, puis redescend et conduit aux tentes en cuivre.


 

Les Ruines au Haga

Les Ruines

"Les Ruines" sont les restes inachevés de ce qui aurait du être le palais/musée dessiné par Maresliez, dont la contruction fut arrêtée suite à l'assassinat de Gustave III. Elles se trouvent sur la colline, une centaine de mètres au-dessus du pavillon Gustave III. Les caves du bâtiment avaient déjà été entièrement excavées dans le roc et le soubassement, très avancé : exécuté en appareil cyclopéen de blocs maçonnés extrêment résistants, il défie le temps malgré l'absence de couverture.


 

Haga Slott

Haga Slott

Haga Slott, c'est à dire "Résidence du Haga" ou encore Pavillon de la Reine, achevé en 1805, est un bâtiment d'habitation, actuellement utilisé pour recevoir des hôtes de marque.


 

le rivage du Brunnsviken au sud-est de Vieux-Haga

À l'extrémité sud-est, le cimetière royal du Haga

La carte est intitulée "Kronprinsessan Margaretas gravplats" car c'est Margaret de Connaught, décédée prématurément en 1920, qui fut la première inhumée en ce lieu. La pointe d'une petite presqu'île fut isolée de la rive par le creusement d'un fossé créant un étroit chenal (plus exactement, on rétablit le caractère insulaire de ce petit mamelon, qu'il avait perdu lors de l'abaissement du niveau du Brunnsviken fin 19ème). Ce devint le cimetière royal du Haga lien externe et, depuis 1951, la plupart des rois et princes du sang défunts y reposent, ainsi que leurs épouses. Aucune ostentation; lorsqu'on longe la berge, c'est tout juste si l'on remarque la grille qui clôture l'entrée, au bout du ponceau reliant l'île au rivage.


 

Ces cartes postales datent des premières années du 20ème siècle. Elles sont l'œuvre de photographes commerciaux anonymes,
pour le compte d'éditeurs locaux disparus. Bien entendu leurs droits sont préservés.
Le temps ayant passé, je me permets de les présenter à l'écran pour notre plaisir.




haut de la page page précédenteretour accueil plan du site homepage

page créée en décembre 2016  -  dernière mise à jour : 19 mai 2018