Parcs à fabriques majeurs

Treillage de l'île d'Amour

 

Chantilly



Présentation partielle.


présentation
le hameau
le jardin anglais

visite, liens
 

 


 

Un domaine fruit de siècles d'évolution.
 

Le site est somptueux. S'il n'égale pas Versailles par la noblesse de l'architecture et l'importance du bâti, il le surpasse aisément par la grâce de la composition d'ensemble. Chantilly est servi par un relief au modelé bien plus plaisant, permettant en outre de jouir de l'ensemble des ouvrages, à la fois moins dispersés et plus variés. De l'espace situé en front du château ou de la grande terrasse on peut embrasser pratiquement l'ensemble du site. La diversité des styles évite toute monotonie sans jamais offrir prise à la moindre discordance dans les juxtapositions.


Chantilly - vue générale

 

Chantilly

 

L'ampleur du site dépasse les 140 degrés de cette vue panoramique. Les grandes écuries,
bâtiment le plus prestigieux du point de vue architectural, sont hors champ à gauche.

Poursuivant la comparaison avec Versailles, créé en 120 ans par trois souverains (et dont l'essentiel était acquis sous le règne de Louis XIV), la construction de Chantilly s'étale sur une période autrement plus longue, avec des étapes plus complexes. Sans remonter au poste romain, le château est implanté sur les soubassements d'une forteresse féodale des Orgemont. Le domaine actuel a essentiellement été modelé en 300 ans, de la fin du 16ème au début du 19ème siècle, pour six ou sept maîtres successifs, au premier rang des grands du royaume. Les remaniements du parc se sont déroulés parallèlement à ceux des bâtiments.

Au sein de cet ensemble le hameau et le jardin anglais correspondent au propos sur les jardins anglo-chinois. Un kiosque chinois, antérieur au Hameau, se trouvait dans une autre partie traitée en jardin maniériste, au delà de la maison de Sylvie; cet ensemble a été détruit à la Révolution.


Le hameau
 

Le hameau date de 1775; c'est une "ferme ornée" de style normand. Il s'accompagnait d'un jardin aux allées sinueuses le prolongeant vers l'ouest, orné de ponts et de rocailles. L'ensemble avait été inséré dans le bas du petit parc, ou jardin des philosophes, ouvert au siècle précédent (il ne s'agit pas des philosophes du siècle des Lumières mais des écrivains du XVIIème siècle, contemporains du Grand Condé).

Le hameau a été dessiné par J-F Leroy pour le prince Louis-Joseph de Bourbon (1736-1818) (1). Cinq des sept maisonnettes sont conservées : le salon, le billard, la salle à manger, la cuisine et le moulin, méticuleusement entretenues. Le décor de la salle à manger, fait de toiles peintes marouflées a été refait en 1886. Si le reste du jardin a gardé son exacte emprise, et la trace de la majeure partie des allées et biefs, les planrtations ont évolué vers des bosquets sans grand caractère, et les petit ponts de pierre enjambant les ruisseaux sont bien anodins. Au bout de la pièce d'eau rectiligne partant de l'orée ouest du hameau se trouve une rocaille arasée (le Rocher). A gauche du début de ce canal, le curieux peut découvrir les maçonneries servant d'assise à l'Antre (fait lui-même de toiles en trompe l'oeil, rapidement disparues).

L'ensemble est représentatif du début en France des jardins anglo-chinois, avant l'émergence de parcs à fabriques extensifs.


 

Hameau de Chantilly

 

Le hameau vu de son entrée sud-ouest



 

Moulin du hameau de Chantilly

 

Le moulin du hameau - c'est ici que fut créée la crème Chantilly lien externe (2)



 

Hameau de Chantilly

 

Le hameau vu de l'est


Le hameau de Chantilly précède celui du Petit Trianon de cinq à sept ans. Marie-Antoinette l'a visité à plusieurs reprises, et y a en grande partie trouvé l'envie d'avoir le sien. A Chantilly, les bâtisses n'ont pas la préciosité de celles du hameau de la Reine; mais l'intérieur du salon offrait un décor étonnant : il tendait à rendre une continuité avec le cadre extérieur, par la reproduction de la végétation sur les toiles marouflées sur les murs, et par le tracé de sentiers au sol prolongeant ceux conduisant aux portes. Cette vision extrèmement originale n'a pas été conservé. Il faut la mettre en rapport avec l'Antre en trompe l'oeil et avec certaines approches esthétiques de l'époque tendant à un autre réel.


Le jardin anglais.
 

Le jardin anglais est une réalisation tardive de 1820, postérieure à la révolution, confiée à V. DUBOIS par Louis-Henri-Joseph de BOURBON. Les princes voulaient redonner son lustre au château et au parc dévastés pendant leur exil. Planté de grands arbres et parcouru de biefs, le jardin anglais reprend des éléments du jardin rococo antérieur (en particulier l'île d'Amour et le pont des grands hommes). Il est orné d'un temple de Vénus et d'une rocaille dans le goût anglo-chinois, renouant ainsi avec les décennies précédant la chute de la monarchie.

 

Jardin anglais de Chantilly

 

Le jardin anglais



temple de Vénus

treillage sur l'île d'Amour

Le temple de Vénus

 

Le treillage de l'île d'Amour

 

Le dernier des Condé a transmis Chantilly à son filleul, le duc d'Aumale, qui l'a lui même légué à l'Institut de France lien externe.


 

Détails pratiques
 

Château de Chantilly
60500 - CHANTILLY
tel téléphone: 03.44.62.62.62

Le musée est ouvert tous les jours sauf le mardi. Du 1er mars au 31 octobre : de 10 h à 18 h. Du 1er novembre au 28 février : de 10 h 30 à 12 h 45 et de 14 h à 17 h.
Le parc est ouvert tous les jours et ferme à 19 h de mars à octobre. Le mardi, il est fermé de 12h45 à 14h.

préparez votre visite sur le site du domaine lien externe



Liens, bibliographie, contacts
 


haut de la page page précédenteretour accueil plan du site  

lien externe signale les
liens externes

 


droits réservés de l'auteur, Dominique Césari (texte et illustrations)
Page créée le 5 mars 2000   -   Dernière mise à jour : 30 août 2006


Notes


1   Louis-Joseph de Bourbon avait pour maîtresse la princesse de Monaco, qui s'installa à Betz, où elle fit aménager un parc à fabriques.

retour au (1)haut de la page


2   Remarque gourmande : on sert des collations au moulin; goûtez l'authentique crème Chantilly, elle est à se mettre à genoux.

retour au (2)haut de la page