Autres témoignages du goût anglo-chinois
 

Pagode de Chanteloup en contours

 

la pagode de Chanteloup




l'exil de Choiseul
vue de la pagode
autres vues du domaine

visite, liens

2ème partie :
le jardin anglo-chinois
  

Le duc de Choiseul, premier ministre de Louis XV (1), avait acheté ce domaine en 1761, peu après avoir été nommé gouverneur de Touraine. Dès 1765, il fit augmenter et mettre au goût du jour le château et agrandir les jardins. Tombé en disgrâce, il fut exilé de Paris en décembre 1770 et se fixa à Chanteloup, dont il paracheva la rénovation. Il y tint une brillante assemblée, passant pour rivale de Versailles, sinon par le nombre, du moins par la qualité des hôtes.

La terrasse fut ornée d'une pagode chinoise lien externe haute de 44 mètres, très élancée, due à l'architecte Louis-Denis Le Camus (2), qui s'inspira de la pagode chinoise de Kew Gardens dessinée par le grand William Chambers. Le Camus dessina également un petit jardin anglo-chinois, situé sous la pagode dans le carré nord-est, avec kiosque, rivière, petite pièce d'eau et glacière. Par ailleurs, le jardinier écossais Mac Master, de l'entourage de Thomas Blaikie, intervint également sur le domaine.

La pagode, construite entre 1775 et 1778, est en pierre, ce qui explique qu'elle soit arrivée juqu'à nous. Le choix d'une forme aussi élancée viendrait du pari du duc de Choiseul avec le duc d'Argenson d'édifier la construction la plus élevée, chacun dans son parc. Elle a été restaurée en 1908-1910 par René Edouard-André lien externe, qui en avait fait l'acquisition.

Choiseul mourut en 1785. Le domaine fut vendu, mais dés 1800 il était à l'abandon. Le chimiste Chaptal lien externe l'acheta en 1802 et y installa une sucrerie expérimentale lien externe. Il fut ruiné par les dettes de son fils et en 1823 dut vendre le domaine, qui périclita derechef. Le château fut dépecé vers 1825 par les "bandes noires" lien externe , réseau de brocanteurs et de marchands de matériaux sans scrupules en cheville avec des liquidateurs et marchands de biens véreux.

Au bord de la pièce d'eau en demi-lune, la pagode est le seul bâtiment restant du parc, en dehors de pavillons classiques mineurs, dont celui de la grille d'entrée qui sert de musée, et deux autres, fort délabrés, à la grille d'honneur.

 

haut de la page

 

Vues de la pagode
 

Pagode chinoise de Chanteloup

Pagode chinoise de Chanteloup

La pagode


 

Pagode chinoise de Chanteloup

 

la pagode, vue ouest


Pagode chinoise de Chanteloup

Pagode chinoise de Chanteloup

intérieur : le puissant soubassement en rez-de-chaussée

 

premier étage (plaque commémorative)

 

haut de la page

 

Quelques vues de restes du domaine
 

allée maîtresse de Chanteloup

le champ où se tenait le jardin anglo-chinois de Chanteloup

L'allée centrale

 

champ où se tenait le jardin anglo-chinois


L'allée centrale joignait le château, en contrebas, et la pagode; elle était encaissée entre les jardins, et formée de boulingrins. Sur les accotements, quelques statues et vases majestueux en faisaient une des gloires visuelles du domaine, volontiers restitué sous cet angle à l'époque.

Le jardin anglo-chinois occupait le quart sud-est de l'espace en pente s'étendant sous la terrasse. La vue de droite montre son emplacement; la dépression plus claire avant l'arbre pourrait être une trace de la petite pièce d'eau centrale.


 

Pavillons de l'entrée du domaine de Chanteloup

 

un des pavillons de l'entrée, à la grille d'honneur


La partie d'époque est à gauche, à droite c'est un ajout utilitaire sans grâce. L'autre pavillon est encore là, d'ailleurs mieux entretenu car habité, mais accolé à une construction parasite plus importante, qui le masque. Je ne montre pas de vue d'ensemble, car elle est peu flatteuse et ne permet pas de saisir le volume des pavillons. La grille d'honneur était dans l'axe de l'allée centrale, avant d'arriver au château en venant du centre ville. Comme Amboise s'est étendue, cet emplacement se trouve aujourd'hui en limite d'agglomération. C'est le lieu-dit "La Sucrerie", ce qui laisse penser que c'est là que Chapatal avait installé son usine expérimentale.

 

haut de la page

 

Visite, liens
 

La pagode est à la sortie sud d'Amboise (Indre et Loire), route de Bléré   -   Ouverture de Pâques à mi-novembre

Informations pratiques et horaires : Site du domaine lien externe      histoire :article Wikipedia lien externe

Gogle Earth dans Google Earth : emplacement de la grille d'honneur, avec les reliquats des pavillons, emplacement du jardin anglo-chinois, le boulingrin


Source
 

René Edouard-André : "le domaine de Chanteloup", réédité en 1999 par l'association des amis de Chanteloup, avec une introduction et des notes de Thierry André - ISBN 2-9514928-0-4

Chanteloup Un moment de grâce autour du duc de Choiseul


haut de la page page précédenteretour accueil plan du site  

lien externe signale les
liens externes

 


Texte et vues de : Dominique Césari (texte et illustrations), droits réservés
Dernière mise à jour: lundi 21 décembre 2003

Notes
1   Louis XV ne nomma pas de premier ministre en titre, mais Choiseul assura de fait cette fonction. Il cumulait les portefeuilles des Affaires étrangères, de la Guerre et de la Marine.

retour au (1)haut de la page

2   L'architecte de la pagode est bien Louis-Denis Le Camus, qui travailla en outre pour le prince de Condé, et non pas Nicolas Le Camus de Mézières lien externe, plus connu, architecte de la Halle aux blés et à qui l'on doit le petit pavillon chinois disparu de Créteil. De 1900 à 1950, les auteurs ont été victimes de cette confusion et attribuaient, à tort, la pagode à Nicolas Le Camus de Mézières.

retour au (2)haut de la page




 

2ème partie : le jardin anglo-chinois de Chanteloup


 

Dans le cahier 7 de son ouvrage "Détails des jardins à la mode", Georges-Louis Le Rouge nous a laissé un plan du jardin anglo-chinois de Chanteloup. Le voici ci-dessous, colorisé tant qu'à faire, dans un recueil de l'édition originale.


Le jardin anglais de Chanteloup - Georges-Louis Le Rouge

jardin anglo-chinois de Chanteloup

 

Le terrain, en légère déclivité, est situé sous la digue fermant la pièce d'eau en demi-lune au bord de laquelle est érigée la pagode. Le jardin est principalement orné d'une "rivière anglaise" qui, partant d'une "source", alimentée par l'exutoire de la pièce d'eau, serpente, contourne un petit bassin circulaire, puis descend jusqu'au petit jeu d'eau à 4 colonnes baguées où elle tombe en formant la "chute de la Rivière". Cette chute ne devait guère être abondante car la pièce d'eau ne reçoit que le drainage du plateau où est plantée la forêt d'Amboise. On remarque que l'architecte ne s'est pas affranchi d'un classicisme encore en cours, que l'on retrouve de l'autre côté de la Loire au temple de l'Amour à Ménars. Sans doute était-il trop tôt, et pas dans les goûts du duc de Choiseul, pour sauter le pas et mettre là une rocaille du sommet de laquelle serait tombée l'eau. Dans son bref cours, la rivière enserre 6 minuscules ilots. D'ailleurs, si le bâtiment de la chute est représenté de face et en coupe, il n'est pas reporté à son emplacement, seulement signalé par la mention "la chute" à l'extrémité de la rivière.

On remarque également le nombre fort restreint de fabriques : un kiosque chinois, une glacière et deux toutes petites constructions, peut-être des maisonnettes paysannes "arrangées".

Enfin, on ne voit sur le plan que de maigres bouquets d'arbres; il est vrai qu'ils n'avaient pas eu le temps de pousser. En tout cas, on n'avait pas tenté la transplantation de sujets plus développés. La multiplication de petits chemins sinueux sert d'alibi pour justifier du caractère anglo-chinois de la composition.

Sans vue oblique, on ne peut que s'interroger sur la réussite de la juxtaposition de ce jardin avec la composition très géométrique du boulingrin, dans l'axe de la pagode.


transposition du plan de Le Rouge sur une vue aérienne Google

emplacement du jardin anglo-chinois de Chanteloup

J'ai respecté du mieux possible les proportions du plan de Le Rouge. On remarque que le tracé du jardin déborde
sensiblement du champ nettement délimité qui s'étend à l'heure actuelle dans ce secteur.

retour à la 1ère partie haut de la page

Mise à jour de la deuxième partie : 30 octobre 2016

haut de la page page précédenteretour accueil plan du site