Jardins anglo-chinois d'Europe ornés de fabriques
copyright

pavillon des bains
anonyme - le pavillon chinois de Cibulka en 1820

 

 

République tchèque :

.

Cibulka



historique
.
plan du parc
.
vues anciennes
.
photos actuelles

liens , articles et études
 

Historique

 

Leopold de Thun-Hohenstein lien externe (1748-1826) était prince-évêque de Passau. Il en fut chassé en 1803 par les autorités bavaroises dont il dépendait; il finit par s'établir à Prague, d'abord en ville, puis acquit en 1817 un domaine à la campagne, sur la rive gauche de la Vltava, dans les collines, à quatre kilomètres, dans Košíře. Ce domaine s'appelait la "ferme Cibulka", du nom d'un propriétaire précédent (1); les coteaux étaient plantés de vergers et de vignes. Leopold fit construire un manoir de style empire et aménager autour un jardin anglais orné de fabriques et de statues.

Le parc s'étend dans la pente à l'ouest de l'ensemble d'habitation, avec deux belvédères séparés par un ravin. Plusieurs fabriques et sculptures subsistent (voir la liste ci-après). Se dresse encore également la colonne toscane commémorative de la visite de 1824 de l'empereur François Ier et de sa quatrième épouse Caroline Auguste. D'autres sculptures mentionnées dans les descriptions, notamment des ermites automates mécaniques (2), ont disparu. Cibulka ne sera pas resté longtemps en état après sa création au début du 19ème siècle. L'évêque est mort dès 1826. Sous les propriétaires ultérieurs, l'ensemble des fabriques est tombé en ruine, une partie de la terre et la forêt ont été coupées par la ligne de chemin de fer Smichov - Hostivice construite en 1871. La ville de Prague a racheté le domaine en 1922 puis il passa à d'autres propriétaires, qui ne l'ont guère mieux entretenu (le temple de Diane, encore debout en 1958, a été abattu par une tempête en 1959). Mais la restauration a débuté.

Il ne semble pas exister de document d'époque mentionnant l'esprit dans lequel Leopold de Thun-Hohenstein avait choisi ces décors, ni d'ailleurs les architectes ou jardiniers-paysagistes auxquels il eut recours. De plus, le tracé original a disparu sous la prolifération de la végétation, comme le signale Zdeněk Wirth dans son étude publiée en 1957. On s'aperçoit sur les estampes anciennes que le paysage était beaucoup plus ouvert qu'aujourd'hui, ce qui est tout à fait conforme au genre du jardin anglais. Quand à l'esprit du parc, on peut relever, par similitude avec d'autres sites mieux documentés, le mélange de plusieurs axes : réflexion "philosophique", antiquité, grands esprits, exotisme et composante ludique (les automates).

Les fabriques : les ruines, la tour médiévale faisant belvédère, maison du régisseur des chasses , ancien ermitage, un pavillon chinois et le soubassement du temple avec une statue de Diane.

Les statues : statue "Jitro" dite de Cronos (3), Jupiter et la statue de Saint Jean Népomucène du sculpteur Josef Malínský lien externe. Quatre statues, deux chinois et deux chinoises avec un singe, un lézard, un éventail se trouvaient sur la balustrade de la terrasse (4).

 

haut de la page

 

 

Plan sommaire du parc
 
 
 


Fabriques et monuments
(lettres rouges)
 
P - le pavillon chinois
N - statue de St Jean Népomucène
J - statue de Jupiter
H - l'hermitage
D - le temple de Diane
E - étang de Diane
R - les ruines ("Enfer de Dante") ,
avec la statue "Jitro"
T - la tour
G - maison du régisseur des chasses
c - emplacement des statues
de chinois


Autres éléments
(lettres bleues)
 
M - le manoir
t - colonne toscane (emplacement
approximatif)
v - la voie ferrée

K - kiosque sur une colline
(emplacement hypothétique)
  Plan de Cibulka image mappée : cliquer sur les repères pour aller au texte correspondant  -  vue d'hiver un peu terne mais aux détails mieux visibles  

 

haut de la page

 

 

Vues anciennes

Ces vues proviennent du fond images de la Ville de Prague (les auteurs n'y sont pas mentionnés).

 

Estampes

la tour et les ruines à Cibulka en 1820
anonyme

le bassin et le temple de Diane à Cibulka vers 1830
J. Rattaye - V. Gottman graveur

vue générale de Cibulka vers 1830
J. Rattaye - V. Gottman graveur

la tour et les ruines vers 1820

le temple de Diane vers 1830

vue générale vers 1830

 

Photos anciennes

Le temple de Diane à Cibulka

Le temple de Diane en 1958 - photo Ville de Prague


  Voir également : le pavillon chinois lien externe • statues  d'une chinoise lien externe  d'un chinois lien externe  
la tour lien externe la maison du régisseur des chasses lien externe

 

haut de la page haut de la page

 

 

quelques vues actuelles

Vignettes de photographies de Wikimedia Commons lien externe sous licence Creative Commons lien externe. L'attribution est indiquée sous chacune d'elles.   En cliquant sur les images, vous ouvrirez dans une nouvelle fenêtre la page Wikimedia Commons où figure la vue agrandie.

 

Les fabriques

La tour de Cibulka
photo Testuj-to.cz

Le pavillon chinois de Cibulka
photo Eliška Čejková

les ruines et la tour

le pavillon chinois

 

Le portail en fausse ruine est appelé « l'Enfer de Dante ». Il est très en avant de la tour et en bas de la butte, ce que l'on a du mal à apprécier sur cette photo réduite. Au travers de l'arc on voit la statue "Jitro" dite de Cronos.   La tour a été restaurée en 2014.

 

Le pavillon était très dégradé; on remarque ci-dessus la bâche de sauvegarde posée sur le toit. Le pavillon est en cours de restauration lien externe (nouvelles télévisées de février 2017).

 

 

L'hermitage de Cibulka
photo Aktron

L'hermitage de Cibulka
photo Aktron

 
en ruine

L'hermitage

restauré
 

L'hermitage est réputé avoir été copié sur celui de Saxe-Meiningen. Je dirais plutôt inspiré car il s'agit a priori de l'Eremitage de l'Englischer Garten Meiningen lien externe, qui, malheureusement, a été détruit ou défiguré mais dont on peut voir un dessin à la plume lien externe de 1811. La façade néogothique se retrouve dans celle de l'ermitage du parc de Klamovka tout proche, qui remonte à 1820.


La statue de Diane à Cibulka
photo Mmh

L'étang du temple de Cibulka
photo Mmh

la statue de Diane

l'étang du temple

 

Il ne reste plus rien du temple mais la statue de Diane qui l'ornait est toujours au même emplacement. Sur la vue agrandie on voit mieux le mur en demi-lune qui délimite l'évidement dans la pente où le temple prenait place. Ce mur est bien visible dans la photo ancienne ci-dessus.

 

L'étang qui s'étendait devant le temple (que l'on voit bien dans la gravure ci-dessus) a changé de forme; il a été restauré récemment. À son extrémité se trouve un petit kiosque en treillis de bois. La photo est prise dans le sens de la pente, c'est à dire à contre-sens de la gravure de 1830.

 

 

Les statues

La statue de Zeus à Cibulka
photo Mmh

La statue de Jean Népomucène à Cibulka
photo Matěj Bat'ha

La statue de Cronos à Cibulka
photo Mmh

statue de Jupiter

statue de St Jean Népomucène

statue "Jitro", dite de Cronos

 

Les habitations

L'entrée du manoir de Cibulka
photo Eliška Čejková

La maison du régisseur des chasses à Cibulka
photo Veronika Tlachová

entrée du manoir

La maison du régisseur des chasses (5)

 

Cette photo de l'entrée du manoir gomme agréablement son état de délabrement. Les bâtiments sont très dégradés.

 

La photo ne peut être prise que du sommet de la tour. La maison du régisseur des chasses n'en est pas éloignée, on reconnaît bien l'une et l'autre dans la gravure ci-dessus, qui toutefois les rapproche un peu pour la commodité de la composition. Mais l'environnement de la maison est devenu épouvantable; on voit bien sur le plan qu'elle est entourée de constructions diverses.

 

La colonne toscane à Cibulka
photo aktron

La colonne toscane

Cette colonne commémore donc la visite de l'empereur de 1824, honneur insigne. Elle se situe dans un enclos, devant une aile du manoir; a priori il s'agit du "jardin de roses", sur le côté ouest.

 

haut de la page haut de la page

 


Détails pratiques

 

Liens

 

Vidéos

 

Articles et publications de recherches

 


haut de la page page précédenteretour accueil plan du site  

lien externe signale les
liens externes

 


droits réservés de l'auteur, Dominique Césari  -  crédits photographiques (dont licence Creative Commons) mentionnés dans le texte
Page créée en avril 2018, mise à jour le : 14 mai 2018
.

Notes

1   la ferme Cibulka
.
"Cibulka" veut dire "oignon" en tchèque. C'est un nom propre assez courant. Ce n'est donc pas parce qu'on y voit au printemps fleurir des plantes à bulbe, ni en raison du clocher à bulbe dont fut doté le manoir que le domaine porte ce nom mais parce qu'un certain Blažej Czybulka en fut propriétaire au XVI° siècle.

retour au (1)retour

2   les ermites automates
.
L'ermitage est un classique de ces parcs. Il n'était pas rare d'y trouver un (faux) ermite en chair et en os, rémunéré à cet effet pour accueillir les visiteurs. On pouvait aussi installer un automate (tour de force mécanique apprécié) représentant un ermite; celui d'Arlesheim, assis en train d'écrire, saluait les arrivants d'un hochement de tête.
Pour ce qui est de Cibulka, on mentionne dans la tour un chevalier en armure et un Cerbère à trois têtes et, dans l'ermitage, un ermite saluant les visiteurs (mouvement déclenché bien sur par leur passage sur un plateau disposé sous leurs pas) et un malade dans le lit. Ces automates seraient du sculpteur Václav Nedoma lien externe (1778-1833). D'un moindre niveau que Prachner ou Malínský, il produisait principalement des monuments funéraires et a travaillé à Cibulka , ce qui rend vraisemblable l'attribution des automates.

retour au (2)retour

3   statue "Jitro"
.
C'est par erreur qu'elle fut décrite comme statue de Cronos. On la voit aujourd'hui annoncée comme allégorie du matin. C'est un personnage masculin au visage assez érodé par les intempéries. Au dos, elle est marquée "Jitro". On trouve dans un autre parc, à Opava, une statue de Jitro lien externe de 1808 par Johann Friedl, dont l'attitude est très analogue. Ce pourrait être Jethro, le beau-père de Moïse.

retour au (3)retour

4   les statues de la terrasse
.
Elles sont conservées au musée lapidaire lien externe. Elles ont été présentées lien externe lors d'une exposition lien externe sur la statuaire des jardins de Prague. Un article lien externe relatant l'exposition signale qu'on évoque comme auteur, mais sans preuves, le sculpteur Václav Prachner lien externe (1784-1832), dont l'œuvre majeure est la statue du tombeau de Leopold de Thun-Hohenstein lien externe.

retour au (4)retour

5   maison du régisseur des chasses
.
J'ai préféré traduire "hájovna" par régisseur des chasses plutôt que par "garde-chasse", qui est réducteur à une fonction de police. Or, le "hájovna" assure la gestion cynégétique d'un domaine pour assurer de bonnes chasses aux propriétaires. Il a son équivalent anglais : le "game-keeper". Nous n'avons pas vraiment de terme français : le régisseur est plus centré sur l'administration du domaine et déborde moins sur celle du gibier.

retour au (5)retour

6   kiosque sur la colline
.
ce kiosque est nettement visible sur la vue générale de Cibulka vers 1830.
Il n'est pas forcément sur le domaine de Cibulka.
kiosque non identifié     retour

retour au plan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pavillon chinois statue de St Jean statue de Jupiter hermitage statue de Diane étang de Diane Ruines Tour Maison du régisseur des chasses Colonne toscane Manoir statues de chinois kiosque voie ferrée par défaut, retour au plan