Jardins anglo-chinois d'Europe ornés de fabriques

le temple de la Nuit à Klamovka
Jaroslav Šetelik : le temple de la Nuit vers 1910 (1)

 

 

République tchèque :

.

    Klamovka


.
historique sommaire
.
photos des fabriques
liens , articles et études
.

Ce parc, ayant perdu l'essentiel de son lustre, ne suscite guère l'intérêt des historiens du paysage. Mais on y trouve toujours deux fabriques, qui ont motivé la présente page, en particulier l'exceptionnel Temple de la Nuit. Faute de matière, elle ne peut être que bien sommaire.


Historique
 

Klamovka (2) est à deux kilomètres à l'ouest du centre de Prague, en rive gauche de la Vltava. Jusqu'à la moitié du 18° siècle, ce voisinage était une zone agricole. En 1757, les Clam-Gallas (3) y achetèrent la ferme d'Okrouhlík pour la transformer en une petite résidence d'été facilement accessible depuis la ville, leurs principales possessions étant assez éloignées. Ils y construisirent donc un pavillon; à la génération suivante, le comte Kristián Kryštof Clam-Gallas lien externe (1771-1838) le fit aménager en jardin anglais, orné de statues et de petites constructions dans l'esprit du temps. La plupart ont disparu. Il reste l'ermitage, de 1820, à façades néo-gothiques et un temple de la Nuit de 1790, rond, avec un dôme et une façade décorée, à colonnes engagées. On trouve encore les serres de style Empire. On a remis en place un piédestal orné d'une tête de cheval (4).

Le parc a été ouvert au public au début du 19° siècle (ce qui fut fréquemment le cas pour monter un esprit d'ouverture). Le pavillon a été détruit au cours du 19° siècle. En 1897, le domaine a été vendu et un bâtiment fut construit pour abriter un restaurant, qui fonctionne encore. Le mur d'enceinte a été abattu et le parc, préservé dans son étendue, est devenu un jardin public fréquenté pour le voisinage immédiat.

 

haut de la page

 

 

quelques vues actuelles

Vignettes de photographies de Wikimedia Commons lien externe sous licence Creative Commons lien externe. L'attribution est indiquée sous chacune d'elles.   En cliquant sur les images, vous ouvrirez dans une nouvelle fenêtre la page Wikimedia Commons où figure la vue agrandie.

 

L'ermitage

L'ermitage de Klamovka
photo Aktron

L'ermitage de Klamovka
photo JJSuchy

l'ermitage  -  Novogotický altán

l'ermitage et le temple de la Nuit

L'ermitage date de 1820. Sa façade néo-gothique est du même style que celle de l'ermitage de Cibulka.

 

Le Temple de la Nuit

Il date de 1790. Il servait de temple maçonnique : le comte de Clam-Gallas était vraisemblablement franc-maçon (5).

Le temple de la Nuit à Klamovka
photo Šjů

Le temple de la Nuit à Klamovka
photo Šjů

le temple de la Nuit  -  Chrámek noci

Sur la vue de droite on remarque la grotte au niveau inférieur. Il s'agit probablement de la mise en scène du cabinet de réflexion : l'impétrant y attendait, puis était conduit les yeux bandés au niveau supérieur, probablement par un escalier intérieur dont je suppute l'existence. La suite de l'initiation s'y déroule : les yeux toujours bandés, le candidat subit l'interrogatoire et l'épreuve. Il est alors admis : on lui retire le bandeau et il retrouve la lumière, dans un cadre suggérant le monde nouveau auquel il naît. La décoration du niveau supérieur est étonnante : la voûte du dôme est peinte d'un ciel nocturne, de multiples ouvertures circulaires dans le toit laissent passer la lumière (certaines, de fort diamètre, restituent le Soleil et les planètes). L'effet est celui d'un planétarium en plus artistique; évidemment cet effet n'est créé que de jour ou, éventuellement, par pleine Lune (ou peut-être, de nuit, grâce à des flambeaux ou chandelles disposés à l'extérieur).   L'ensemble est à rapprocher du symbole du manteau cosmique.


 

détail du dôme du temple de la Nuit à Klamovka
photo Šjů (détail)

détail du dôme

On remarque les ouvertures circulaires dans le toit. La plus grande, derrière le vase sur piédouche, projette un large cercle représentant probablement la pleine Lune car elle est au couchant (6). Le temple est familièrement appelé "Nebíčko" (la traduction n'est pas très claire, peut-être "le ciel"). On remarque, sur la carte ci-dessus reproduisant un tableau, qu'une statue surmontait le lanternon.

 

Autres éléments

La serre de Klamovka
photo Šjů

la serre  -  Rokokový skleník

 

haut de la page

 


Détails pratiques

 

Liens

 

Ouvrage

 

Publications de recherche

 


haut de la page page précédenteretour accueil plan du site  

lien externe signale les
liens externes

 


droits réservés de l'auteur, Dominique Césari  -  crédits photographiques (dont licence Creative Commons) mentionnés dans le texte
Page créée en mai 2018  -  mise à jour le : 14 juin 2018
.

Notes

1   Jaroslav Šetelik (1881-1955)
.
Peintre paysagiste né à Tábor, installé à Prague où il étudia à l'académie des Beaux-Arts. Il a peint aussi bien de grandes toiles que des aquarelles d'une grande maîtrise, qui ont fourni la matière à l'édition de plusieurs albums et de séries de cartes postales. Il a beaucoup représenté sa ville de Prague mais voyagea également en France, en Italie, en Angleterre et aux Pays-Bas lien externe. Courte biographie lien externe.

retour au (1)retour

2   Klamovka
.
Klamovka est à la limite de Smichov lien externe et de Košíře lien externe. Le nom Klamovka fut donné par les Clam-Gallas; il semble avoir été formé sur "Clam" et voudrait alors dire "la propriété des Clam".

retour au (2)retour

3   les Clam-Gallas
.
C'est une de ces anciennes familles d'illustre noblesse qui composaient l'aristocratie de l'empire Austro-Hongrois. Les Clam, de Carinthie, s'étaient alliés aux Gallas, italiens de Trente. Fondation Clam-Gallas lien externe. Leur rang et leur fortune les conduisait à avoir des palais et châteaux dans diverses régions et, bien sur, à Vienne : palais Clam-Gallas lien externe.

retour au (3)retour

4   la statue du cheval Cassel et autres excentricités
.
La recherche de l'originalité était un trait courant de ce milieu. À la période classique, le parc abritait une ménagerie avec des ours et des loups. Le comte Édouard Clam-Gallas lien externe (1805-1891), fils du précédent, fit ériger un piédestal à tête de cheval, dédié à Cassel, sa monture de bataille. C'est celui qui a été ré-installé dans le parc.
.
Je n'identifie pas bien la commanditaire du curieux monument disparu en forme d'oiseau du Brésil rare (certaines sources disent un colibri, d'autres un oiseau de paradis, sauf que ces derniers ne vivent pas en Amérique du Sud). Il avait été édifié en 1798; certaines sources disent pour l'épouse du comte, une autre pour Kristinia Colloredo-Mansfeld; mais je n'ai pas trouvé de renseignements plus précis sur celle-ci, sachant que les Colloredo-Mansfeld avaient un palais à Prague dans un autre quartier.

retour au (4)retour

5   les Clam-Gallas et la franc-maçonnerie
.
La franc-maçonnerie avait librement fleuri dans l'empire Austro-Hongrois sous Joseph II mais fut interdite en 1794 par crainte de la propagation des idées révolutionnaires. Du coup, un certain secret l'entoure à partir de ce moment là et estompe aussi les faits antérieurs. Dans la Strucná biografie de Christopher Clam-Gallas, Lucie Žáková estime p. 224 qu'il était certainement franc-maçon (et que la famille en était très proche), tout en rappelant qu'on ne trouve pas de preuve certaine, telle qu'un registre de loge. Mais, dans la même publication collective, un autre rédacteur voit plutôt dans le comte un sympathisant d'idées. Pour ma part, je ne peux pas imaginer que le commanditaire d'un bâtiment aussi clairement maçonnique puisse ne pas être un initié : toutefois, Christopher n'avait que 19 ans en 1990; s'il est à l'origine de la construction, il a nécessairement eu l'aval de son père Kristián Filip.

retour au (5)retour

6   ouvertures au couchant / au levant
.
On voit dans la photo de la coupole ci-dessus une grande ouverture circulaire au couchant. Elle a son pendant au levant, comme le révèle l'examen de la vue agrandie montrant le côté sur cour. L'une représente la Lune, l'autre le Soleil. Je ne peux pas imaginer que, symboliquement, le Soleil ne soit pas au levant. Donc, la Lune serait représentée au couchant, ce qui chiffonne un peu du point de vue astronomique car c'est au levant qu'on la voit émerger lors de la pleine Lune, du côté opposé au Soleil venant de se coucher. De toutes façons, on est dans une fiction symbolique puisqu'on ne peut pas voir simultanément dans le ciel le Soleil et la Lune pleine.
Je serais curieux d'avoir un relevé des petites ouvertures, pour savoir quelles constellations et, éventuellement, planètes, ont été figurées : il doit y avoir tout un développement symbolique dans le choix retenu.

retour au (6)retour