Jardins anglo-chinois d'Europe ornés de fabriques

copyright le temple d' O'Tahiti de Kroměříž

 

Kroměříž


histoire
plan
vues actuelles du parc
vues anciennes

visites , liens , ouvrages

Josef Fischer : le temple d' O'Tahiti à Kroměříž vers 1800  (1)


Il peut sembler présomptueux de présenter un parc inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO externe. J'avais exclu de le faire, tout en ayant constaté que ce sont surtout les éléments baroques (somptueux) qui sont mis en avant. De fait, on ne trouve que difficilement de l'information sur la partie anglo-chinoise et romantique des jardins. D'où la présente page.

Histoire

en construction en construction en construction

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem.

Aliquam luctus finibus velit eget semper. Pellentesque at semper libero. In tristique velit nec turpis maximus tincidunt. Fusce at lectus in diam rutrum sodales sed at dui. Proin elit augue, bibendum quis turpis ac, lacinia mollis risus. Vivamus gravida lorem consectetur, convallis lectus ac, pulvinar lorem. Donec dapibus iaculis consectetur.

Le jardin anglo-chinois et romantique : Podzámecká zahrada

https://cs.wikipedia.org/wiki/Podz%C3%A1meck%C3%A1_zahrada (2)

Cras cursus feugiat malesuada. Vivamus dictum eros vel metus rhoncus, ac rutrum orci sagittis. Donec ut blandit justo. Morbi et aliquet lectus. Duis non justo vitae nulla condimentum pellentesque. Quisque vel ligula auctor, imperdiet enim nec, vehicula ex. Nam gravida efficitur justo id maximus. Aenean vestibulum auctor dolor, et porttitor mi condimentum sit amet. Nullam non vehicula elit. Mauris rutrum libero sit amet tellus posuere, nec porta ante lobortis. Nunc tempus, tortor sed tincidunt iaculis, lorem ligula varius quam, egestas consequat neque orci ut tellus.

Donec lobortis, ligula vitae fermentum eleifend, magna sem vehicula nisi, sed vehicula ante enim nec risus. Donec fermentum risus eget egestas porttitor. Ut rhoncus sem quis magna placerat congue a eget erat. Vestibulum vel pretium turpis. Ut in rutrum ligula. Orci varius natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Mauris porttitor felis ac dolor consectetur, ut egestas enim laoreet. Suspendisse dapibus turpis a tempus tempus. In orci metus, fringilla et elementum id, maximus vitae tellus. Phasellus efficitur interdum neque vitae eleifend. Vivamus ut consequat massa, sit amet accumsan ligula.

Vivamus congue eros ante, eu finibus elit dignissim at. Proin et magna sodales eros tristique aliquet malesuada in dolor. Morbi consectetur posuere felis, ut tempor tellus volutpat vel. In dolor purus, interdum a facilisis sit amet, maximus ut mi. Aenean molestie finibus molestie. Mauris hendrerit tellus nec orci porta, vitae suscipit dolor pulvinar. Donec id egestas orci. Mauris maximus luctus lacinia. Donec iaculis sollicitudin elit id sollicitudin. Integer a urna vitae metus imperdiet tristique eget sed magna. Nullam ac nisi sit amet est euismod feugiat. In semper consectetur rutrum. Integer elit dui, rhoncus in venenatis quis, pulvinar a risus. Integer et quam ut nisi dapibus bibendum non in sapien. Nulla euismod blandit nibh in tincidunt.

 

haut de la page

Plan du parc


  plan du parc de Kromeriz
Fabriques subsistantes (numéros rouges)
1 - le pavillon de
2 - le

 


Éléments disparus (numéros bleus)
A - le
B - le

 


Autres éléments (numéros bistres)
P - le
Q - le

image mappée : cliquer sur les éléments pour se rendre au paragraphe correspondant   -   source : Google Earth

 

haut de la page

Quelques vues actuelles

Vignettes de photographies de Wikimedia Commons lien externe sous licence Creative Commons lien externe. L'attribution est indiquée sous chacune d'elles.   En cliquant sur les images, vous ouvrirez dans une nouvelle fenêtre la page Wikimedia Commons où figure la vue agrandie.

 

 

le temple de l'Amitié à Kromeriz
photo SchiDD

 
Le temple de l'Amitié

Quam ob rem circumspecta cautela observatum est deinceps et cum edita montium petere coeperint grassatores, loci iniquitati milites cedunt. ubi autem in planitie potuerint reperiri, quod contingit adsidue, nec exsertare lacertos nec crispare permissi tela, quae vehunt bina vel terna, pecudum ritu inertium trucidantur.

 

 

le pavillon chinois à Kromeriz
photo Radim Holiš

 
Le pavillon chinois

Ce pavillon chinois est tardif, il date de la pousuite de l'aménagement en jardin romantique après Arche. Il se dresse sur une île formée lorsqu'on a excavé le lac qui s'étend devant et l'isole.

 

 

le parapluie à Kromeriz
photo Marzper

 
le parapluie

Cette forme en champignon est un peu déconcertante. Le parapluie du parc Sofiyiviski à Ouman est analogue. On retrouve la forme en ombrelle que l'on imagine dans le parasol chinois de Monrepos (disparu).

 

 

la colonnade de Pompéi à Kromeriz
photo Jitka Erbenová (recadrée)

 
la colonnade de Pompéi (ou de Maximilien)

La colonnade a été construite vers 1840 par Antonin Arche sous la commande de l'archevêque Maximilien Sommerau-Beeckh, d'où son nom.


 
 

la ruine gothique à Kromeriz
photo Palickap

 
la ruine gothique

Cras faucibus faucibus orci eu fringilla. Aliquam molestie lacus sed condimentum semper. Morbi at placerat sem.

 

le pont d'argent à Kromeriz
photo SchiDD

le treillage à Kromeriz
photo Jitka Erbenová

le pont d'argent le treillage

Le pont d'argent date des années 1840, c'est une œuvre d'Anton Arche.

Et interdum acciderat, ut siquid in penetrali secreto nullo citerioris vitae ministro praesente paterfamilias uxori susurrasset in aurem, velut Amphiarao referente aut Marcio, quondam vatibus inclitis, postridie disceret imperator. ideoque etiam parietes arcanorum soli conscii timebantur.

 

haut de la page plan

Vues anciennes

Ces aquarelles sont de Josef Fischer. Il en réalisa toute une série, dont certaines fournirent la matière d'un recueil de gravues : "Die fürstlichen Gärten zu Kremsier, beschrieben von einem Freunde der verschönerten Natur." publié à Olomouc en 1802. Malheureusement, on n'en trouve pas pour l'instant de version numérisée. Voici donc des captures furtives :

Les deux premières proviennent de la plaquette sur le jardin lien externe (.pdf).


le à Kromeriz

le le temple de l'Amitié à Kromeriz

  l'abri des gondoles Josef Fischer, vers 1800 le temple de l'Amitié  

Dès que le réseau de canaux avait un développement un peu ample, on s'empressait d'y faire voguer des canots, pirogues ou gondoles. Par exemple, en France, à Chantilly, à Saint-Leu. Dans ces deux parcs, l'abri des pirogues a valeur de fabrique, comme le Schiff-schuppen de Carlsruhe (Silésie) ou le canal souterrain du parc Sofiyivski (l'Achéron) à Ouman. La somptueuse gondole du Triton lien externe de Pillnitz était antérieure au jardin anglo-chinois; elle voguait sur l'Elbe.

On constate que le temple est représenté sur une île. La forme du bassin a du évoluer, puisqu'il est aujourd'hui sur une pelouse (voir ci-dessus).

Les deux suivantes proviennent de l'étude lien externe (.pdf) de Kateřina Mertenová. Elles nous montrent des fabriques disparues.


l'hermitage à Kromeriz

le pavillon chinois sur une butte à Kromeriz

  l'hermitage Josef Fischer, vers 1800 le pavillon chinois sur une butte  

Cette chaumière avec un clocheton est typique de la représentation de maison de l'ermite en pays germaniques et d'Europe centrale. On la retrouve par exemple à Arlesheim et Brzeg Dolny.

Ce pavillon chinois sur une butte n'est pas celui que l'on voit ci-dessus. On remarque à sa gauche un jeu de balançoire.

 

haut de la page plan

Visites

Liens

Articles, ouvrages, recherches




haut de la page  page précédenteretour vide accueil  plan du site  homepage

droits réservés de l'auteur : Dominique Césari (texte et illustrations)
page créée en juin 2018   -   dernière mise à jour: 17 juin 2018