Jardins anglo-chinois ornés de fabriques

mention du copyright

panneau du pavillon chinois - détail (1)
 
 

Finlande : Fagervik



les forges, le manoir
le jardin anglais
visite
ouvrages, liens


ailleurs en Europe :
.
Suède , Pologne , Russie , Belgique
Ukraine , Suisse , République tchèque
Biélorussie
.
autres pays d'Europe
 

les forges de Fagervik
 

Un suédois, Carl Billsten, avait fondé des forges à Fagervik dès 1645. Fin 17°, les désastres de la "Grande Colère" (1) et la peste entraînèrent leur ruine. Dans les premières décennies du 18° siècle, deux frères Hising, d'une riche famille de marchands de Stockholm, se tournèrent vers l'activité de maîtres de forges. La paix étant revenue en Finlande , ils ouvrirent plusieurs établissements dans la partie ouest restée suédoise, en s'appuyant sur le minerai de fer suédois, le bois des forêts environnantes et la force motrice de chutes d'eau pour animer les marteaux à battre (2). Des deux frères, Mikael eut une part majoritaire dans les forges de Fagervik (reconstruites en 1720), Billnäs et Skogby. Son fils unique Johan (1727-1790) reprit cette part ainsi que celle de son cousin. Il y déploya son talent industriel et son génie inventif (consolidé par ses études à l'université d'Upsala), donnant un siècle de prospérité à Fagervik. Une lignée de maîtres de forges éclairés s'y succéda (3).

 

la vie au manoir
 

S'étant installé en 1758 à Fagervik, Johan Hisinger y fit construire un manoir par l'architecte Christian Friedrich Schröder et le fit entourer d'un jardin régulier ("à la française"). Passionné de botanique, il y porta grand soin. En 1770, il devint Hisinger par annoblissement.

lien externe

 

Le jardin anglais
 

Son fils Mikael (1758 - 1829)

en construction en construction en construction


 

le pavillon chinois   vue Finna.fi lien externe (ressources nationales de Finlande)


 

visite
 

Fagervik lien externe est à une quarantaine de kilomètres à l'ouest d'Helsinki.

Le manoir est une demeure privée, il ne se visite pas. Le musée des forges est ouvert quelques jours par an (en 2020, uniquement en juillet), la visite est gratuite et on peut à cette occasion accéder au jardin.

Se renseigner sur le site du musée lien externe, à la page agenda.

 

ouvrages

 

liens

 


haut de la page page précédenteretour accueil plan du site  

externe signale les
liens externes

 

droits réservés de l'auteur, Dominique Césari
page créée le 4 juin 2021  -  dernière mise à jour : juin 2021


Notes

1   panneaux à l'intérieur du pavillon chinois
.
ces panneaux ont été ajoutés postérieurement à la construction. La vue est tirée du reportage d'Yle lien externe mentionné en lien, fait en 2008 à l'occasion de la restauration du pavillon.

retour au (1)retour

2   les ingrédients du succès
.
À la disponibilité des intrants s'ajoutait le protectionnisme, qui était presque la règle à l'époque. Le marché suédois n'était plus livré par la Prusse, qui limitait ainsi la force d'une nation rivale. Après la période faste du 18° siècle, vint début 19° l'annexion de l'ensemble de la Finlande par la Russie ce qui ferma le marché suédois à la production de Fagervik. La faiblesse du rouble ajouta des difficultés; aussi les forges de Fagervik périclitèrent-elles d'autant que la chute d'eau devenait trop modeste pour porter la production au niveau concurrentiel avec d'autres usines nouvellement créées.

retour au (2)retour

3   les Hising / Hisinger, maîtres de forges
.
Mikael Hising lien externe (1687 - 1756)   Johan Hisinger lien externe (1727 - 1790)   Mikael Hisinger lien externe (1758 - 1829) Johan Fridolf Hisinger lien externe (1803 - 1883)  d'autres suivent, par exemple Fridolf Leopold (1845 - 1928) qui fut en 1918 le premier Vuerineuvos lien externe de la Finlande indépendante (Johan avait été Bergsråd lien externe à titre suédois).

retour au (3)retour