Jardins anglo-chinois d'Europe ornés de fabriques

le mausolée des Hoym
le mausolée - œuvre de Gilly

 

 

Pologne :

.

Brzeg Dolny / Dyhernfurth


.
historique
.
plan du parc
.
vues actuelles - anciennes

liens , ouvrages
   

Historique

 

Le bourg, rattaché à la Bohème, était depuis 1660 la propriété des Dyhrn lien externe, noble famille originaire de Saxe ayant servi les Habsbourg et la Prusse. En 1742, la Basse-Silésie lien externe devint prussienne, et Dyhernfurth avec. Au début des années 1780, Carl Georg von Hoym lien externe, acheta le domaine après avoir épousé une Von Dyhrn; il fit remanier le parc du château sur les plans de Carl Gotthard Langhans (1), qui s'inspira de Wörlitz.

Si l'on trouve des informations précises sur le mausolée des Hoym, la création du parc par Gothard est peu documentée : la seule source consultable est l'étude d'Agnieska Zabłoska et Jerzy K. Kos qui porte principalement sur le mausolée mais énumère les fabriques et mentionne la division fonctionnelle du parc en trois zones (ces informations sont reprises presque mot pour mot dans certains liens). On ne trouve pas de plan du jardin de l'époque et très peu de gravures. Malgré cela mais aussi à cause de cela, j'ai réuni les informations dans une page pour permettre aux lecteurs d'y accéder en français. L'organisation de la page est adaptée à ce contexte.

Voici la description donnée dans le résumé en français in fine de l'étude d' A. Zabłoska et J. K. Kos :
« Plusieurs espaces de caractère défini se distinguent dans le parc paysager. Ce sont :
1) la zone d'agrément où se trouvent les pièces d'eau, le salon du thé, la grotte, le pavillon du vin,
2) la zone de travail, entre autres un moulin qui fonctionne,
3) la zone mélancolique à laquelle appartenait la chapelle néogothique avec un ermitage, un cimetière de la commune juive du XVIIeme siècle encore ouvert, la statue de l'Immortalité et en premier lieu le mausolée du ministre »

Faute de plan d'époque, on ne peut pas délimiter ces trois zones. On voit bien que la zone d'agrément est la première partie du parc autour de la pièce d'eau et que la zone de mélancolie suit; mais on ne localise pas le moulin ni la zone de travail.   Malheureusement, toutes ces fabriques dues à Langhans ont disparu; les traces au sol du vieux cimetière juif (2) sont à peine discernables; peut-être reste-t-il quelque chose de la grotte. La maison de thé était encore là avant 1945 et l'ermitage au moins jusqu'en 1910.

À la mort de sa fille aînée, Carl von Hoym commanda un mausolée au jeune architecte Friedrich Gilly (3), dont le projet de monument pour Frédéric II l'avait impressionné. Gilly conçut un temple grec temple grec lien externe à 4 colonnes de Pæstum, avec une crypte. Il était appelé "Ruhetempel", le temple du Repos.

 

haut de la page

 

 

Le parc de Dyhernfurth sur la carte topographique de 1936
 
 
 



Fabriques et monuments   (lettres rouges)

emplacements certains
.
M - le mausolée
E - l'ermitage
C - le vieux cimetière juif

emplacement très probable
.
G - la grotte

emplacement hypothétique
.
T - la maison de thé
  carte du parc de Brzeg en 1936
 

 

Le parc garde aujourd'hui son extension d'origine. Le bâtiment scolaire marqué Sch (Schule) dans la carte a été agrandi, il mord un peu sur la limite est à hauteur de l'ermitage, et une piste de sport est aménagée dans le coin sud-est. Le "nouveau château", une orgueilleuse bâtisse gothique troubadour, figurant sur la carte ci-dessus sous la forme d'un trèfle au bord de l'Oder, brûla en février 1945 (4). Tour de passe-passe de l'histoire, on voit aujourd'hui à son emplacement un bâtiment reconstruit par la suite sur le modèle du vieux château des Dyhrn. Le bourg autour du château n'a pas beaucoup changé. La ville s'est étendue au nord-ouest, au-delà du parc, avec une importante activité industrielle.

 

haut de la page

 

 

vue actuelles

Vignette de photographie sous licence Creative Commons lien externe. L'attribution est indiquée sous chacune d'elles.   En cliquant sur les images, vous ouvrirez dans une nouvelle fenêtre la page Wikimedia Commons où figure la vue agrandie.


Brzeg Dyrenfuhrt
photo Eiko Behrens

le mausolée

 

Brzeg Dyrenfuhrt
photo Babinicz  -  dolny-slask.org

la pièce d'eau principale

Le pont cintré a évidemment été reconstruit.

 

 

haut de la page

 

 

quelques vues anciennes

Ces documents proviennent de l' Herder-Institut lien externe de Marburg et sont incrustées en filigrane de son copyright.   En cliquant sur le document, vous ouvrirez la page d'origine.

 

Brzeg Dolny Dyhernfurth
Herder-Institut - modèle pour motif par Richter

le château et l'avant-parc

Bien que l'orientation soit en sens inverse de la vue panoramique ci-dessus, on reconnaît la disposition des lieux

Bzreg Dolny Dyhernfurth
Herder-Institut - gravure de F.-G. Endler

Bzreg Dolny Dyhernfurth
carte postale dolny-slak - auteur non mentionné

l'ermitage en 1790

l'ermitage vers 1909

 

Brzeg Dolny Dyhernfurth
photo Herder-Institut - auteur non mentionné

la maison de thé vers 1930-1940

L'article du Neuer Zürcher Zeitung Wegbereiter des preussischen Klassizismus lien externe mentionne que la Maison de thé serait la copie de l'All Saints Church de Nuneham Park lien externe de James Stuart (1764). Langhans avait visité l'Angleterre en 1775.

 

haut de la page

 


Détails pratiques
 

Brzeg Dolny est à une trentaine de km au nord-ouest de Wrocław.     le voir dans Google Earth Google Earth

Le parc est ouvert au public comme jardin public. On a reconstruit la passerelle cintrée dans l'axe de la pièce d'eau principale.

 

Liens

 

Ouvrages

 

Articles de revues

 


haut de la page page précédenteretour accueil plan du site  

lien externe signale les
liens externes

 


droits réservés de l'auteur, Dominique Césari  -  crédits photographiques (dont licence Wikimedia Commons) mentionnés dans le texte
Page créée le 18 mai 2017, mise à jour le : 20 mai 2017
.

Notes

1   Carl Gotthard Langhans (1732-1808)
.
architecte lien externe silésien. Il fit des études de droit et de mathématiques à l'université de Halle et apprit l'architecture par la pratique (voir le parallèle avec G. L. Schirrmeister). Il devint inspecteur des monuments du comte de Hatzfeld et construisit d'abord en Silésie puis à Berlin et Potsdam. Son œuvre majeure est la porte de Brandebourg lien externe à Berlin.

retour au (1)retour

2   le vieux cimetière juif
.
La présence dans le parc de ce vieux cimetière est intrigante. L'article du Virtual Shtetl lien externe, très étoffé, nous apprend que la communauté juive avait acheté le terrain en 1689 au bottier Günther pour 17 thaler. Cette communauté s'était formée autour de l'imprimerie Sabataj Bass lancée en 1688 (qui ferma en 1840). Mais le terrain se trouvait dans le parc aux cerfs (Tiergarten) du château, dont Von Dyhrn était déjà propriétaire. Fin 18ème la communauté avait passé un bail pour l'utilisation de ce terrain, qui avait entre temps été racheté par Carl von Hoym; vente volontaire ou mesure autoritaire prise par la nouvelle administration de la Silésie ? on ne sait. Donc, la mise à disposition se poursuivit dans le cadre de ce bail mais Hoym alla plus loin puisqu'il semble avoir intégré le cimetière à son "espace de mélancolie"; témoignage de l'esprit des Lumières ?   Le bail courut au moins jusqu'à la moitié du 19ème siècle puisqu'il fut maintenu à l'issue d'un procès en 1842.   En novembre 1938, lors de la Nuit de Cristal, les tombes furent ravagées. Les restes du cimetière s'évanouirent petit à petit. On en voit des photos d'avant-guerre lien externe sur dolny.slak.org

retour au (2)retour

3   Friedrich Gilly (1772-1800)
.
architecte lien externe issu d'une famille de huguenots ayant fui la France. Considéré comme un prodige, il entra à l'académie d'architecture de Berlin, où il fut l'élève de Langhans. Pour compléter sa formation, il voyagea en Europe, particulièrement en France, où il fut influencé par Boullée. Il a laissé un dessin de la grotte d'Ermenonville. Il est célèbre pour ses projets (en particulier celui d'un monument à la gloire de Frédéric II) et son "Essai sur l'architecture" car, mort de la tuberculose à 28 ans, il n'a que très peu de réalisations. Le mausolée des Hoym, construit sur ses plans après son décès, est la seule de ses œuvres encore existante.

retour au (3)retour

4   Dyhernfurth dans la seconde guerre mondiale
.
voir l'article Wikipedia anglais lien externe. La Silésie avait vu un essort important de l'industrie chimique (autour du charbon et aussi sidérurgie dans le sud-est). Les Allemands construisirent à Dyhernfurth en 1939 l'usine Anorgana G.M.B.H. pour y produire à partir de 1942 du gaz Tabun (gaz de combat équivalent au Sarin) et, parallèlement, deux camps de concentration, annexes de Gross Rosen, pour les travailleurs forcés. Plusieurs milliers de ces derniers moururent des conditions de détention et de travail. A la fin de la guerre, les Russes allant s'emparer de la ville, une brigade commando contre-attaqua pour reprendre le contrôle de l'usine, la détruire ainsi que les preuves.

retour au (4)retour