Jardins anglo-chinois d'Europe ornés de fabriques

l'urne du parc de Gucin-Gaj
l'urne funéraire - crayon noir de 1960 - Henryka Dąbrowski

 

 

Pologne :

.

Gucin-Gaj


.
historique
.
plan du parc
.
vues actuelles - anciennes

liens , ouvrages
   

Historique

 

Gucin-Gaj n'est pas un parc considérable et il ne reste pratiquement rien à y voir, si ce n'est le site. En outre, il est tardif et c'était plutôt un parc romantique qu'un jardin anglo-chinois. Alors, pourquoi y consacrer une page ? d'une part, il est tenu comme important par les spécialistes, en raison de son rôle de jalon dans l'évolution des parcs ainsi que de manifeste politique dans une Pologne sous domination Russe. D'autre part, pour donner un peu à lire en français à son sujet : pour nous, connaître son existence est déjà peu commun, repérer l'information le concernant est difficile.

Le site : une terrasse avec l'église, partie de l'escarpement de la Vistule, s'avançant en langue. Un canal, qui alimentait Wilanów en eau, la contourne. Un étang avait été creusé dans la dépression pour régulariser le débit de l'eau. Le jardin paysager tirera partie de ce site assez pittoresque : un étang avec un coteau, qui donne un fond visuel et la silhouette de l'église qui anime l'horizon. Domaine acquis par Stanislas Kostka Potocki lien externe vers 1816, il le destine à Auguste "Gussin" Potocki, son petit fils. Il avait en vue un développement plus important, comme en témoigne le projet de temple dorique lien externe d'Aigner. En attendant, il y aménage ce qu'on pourrait considérer comme une folie, avec une demeure assez modeste par rapport à l'opulence de Wilanów. . Mais le décès de Stanislas en 1821 change le destin du parc : dans l'élan de ferveur lors de ses obsèques et dans les semaines qui suivent, sa veuve, femme au caractère de feu selon la formule de W. Fijałkowski, décide d'en faire un bois sacré du patriotisme polonais. Elle emporte l'adhésion d'intellectuels et gens d'influence; on plantera des arbres en reconnaissance d'individus remarquables, on gravera des pierres, des stèles. La composition est confiée à l'architecte Chrystian Piotr Aigner lien externe. L'emplacement choisi est le coin nord-est, à l'entrée du domaine, qui devint "le Bosquet" (Gaj veut dire bosquet).

Le sarcophage est dédié à la mémoire de Stanislas Kostka Potocki et l'urne sur un cippe à la mémoire de son frère Ignace. A l'entrée se dressait l'obélisque de Mostowski.

La seule vue d'époque que l'on trouve date de 1830. Elle est due au peintre Wincenty Kasprzycki (1). Malheureusement, on n'en trouve pas de reproduction en couleurs. Selon le musée national de Pologne, elle serait dans une collection privée.

De gauche à droite, on voit l'urne d'Ignace Potocki (la vue est un peu arrangée pour qu'elle soit dans le cadre), le kiosque chinois (qui était en avancée sur l'étang). Au sommet de la colline, l'église et, partiellement cachée par la végétation, la maison qu'avait fait construire Stanislas Potocki.

Une promenade faisait le tour de l'étang. L'église Sainte-Catherine que l'on voit ci-contre est celle qu'avait fait construire Auguste Czartoryski vers 1750. Elle a depuis été reconstruite dans un style plus banal.

 

A la fin du 19ème siècle, le parc fut vendu après division : les terrasses à la paroisse Sainte-Catherine, les étangs et le bosquet à un exploitant de viviers. Le parc souffrit de la première guerre mondiale et du désintérêt; au cours de la seconde guerre mondiale, le reste des arbres fut coupé par la population. Le parc a été inscrit monument historique et les restes mis à l'abri, en particulier le sarcophage et l'urne sur cippe transportés à Wilanów externe en 1963.

  Gucin-Gaj vers 1830
  
Gucin-Gaj : l'étang et l'église Sainte-Catherine  -  W. Kasprzycki

 

haut de la page

 

 

Plan du parc de Gucin-Gaj
 
 
 
report des éléments du plan de 1830 sur la carte actuelle


Fabriques et monuments   (lettres rouges)
 
K - le kiosque chinois
C - les fausses catacombes
S - le sarcophage
U - urne funéraire et lion de pierre
O - obélisque de Mostowski
M - maison

En bleu : l'étang
En vert : les arbres

cliquer sur les repères du plan pour aller au paragraphe correspondant
  plan du parc de Gucin-Gaj
image mappée : cliquer sur les repères pour aller au texte correspondant
 

 

haut de la page

 

 

quelques vues actuelles

Vignettes de photographies sous licence Creative Commons lien externe. L'attribution est indiquée sous chacune d'elles.   En cliquant sur les images, vous ouvrirez dans une nouvelle fenêtre la page Wikimedia Commons où figure la vue agrandie.

 

Les étangs

Gucin-Gaj
photo Wistula

Gucin-Gaj
photo Grazyna Burak

le petit étang; au fond, le cimetière

l'étang des ecclésiastiques (Księży Staw) et l'église

Il y a deux étangs dans le creux du bosquet. Ils existaient déjà tous les deux à l'époque du parc. C'est autour du plus grand, Księży Staw, qu'était aménagée la promenade et planté le bosquet. Mais aujourd'hui il n'est parfois, selon l'abondance de l'eau et la saison, qu'un marais envahi de plantes sur une vase peu engageante ou, au contraire, plus riant, comme sur la vue ci-dessus. De ce fait, il n'est souvent représenté sur les cartes actuelles que par une mare insignifiante, en bleu foncé sur le plan, en-dessous du repère (K). Il tire son nom de ce qu'il avait été creusé par des moines. Le petit étang, qui n'avait pas de rôle paysager particulier, est plus dégagé et bien visible sur les cartes actuelles, également en bleu foncé sur le plan, en-dessous du précédent.

 

 

Les fausses catacombes

Gucin-Gaj
photo Wistula

Gucin-Gaj
photo Wistula

l'accès

le souterrain

La seule source un peu détaillée est l'article Wikipedia allemand externe. Les fausses catacombes remonteraient aux dernières années du 18ème ou premières du 19ème siècle. Elles servaient à des cérémonies maçonniques et les francs-maçons y faisaient placer, après leur décès, une urne funéraire, dans les niches ménagées sur les côtés. Localement, l'endroit est connu sous le nom "Groby masonów", tombeaux des francs-maçons. Je ne crois pas, pour autant, qu'il s'agisse de sépultures, c'est en totale contradiction avec la religiosité polonaise et l'esprit franc-maçon de l'époque.. Stanislas et son frère Ignace étaient des francs-maçons de haut rang, Stanislas est attesté comme grand-maître d'une obédience. Il ne pouvait que connaître parfaitement cette destination du lieu quand il acheta le domaine de Gucin et devenait ainsi l'hôte de ses frères en maçonnerie.

 

Le sarcophage et l'urne transportés à Wilanów

Gucin-Gaj
photo Geociekawostki

Gucin-Gaj
photo Wistula

Le sarcophage est fait au modèle de celui de Scipion Barbatus. On ne peut manquer de faire le rapprochement avec le sarcophage de Pulawy, remontant à 1797, qui avait été sculpté à Rome d'après l'original antique.

 

L'urne est posée au sommet d'un cippe, c'est à dire une stèle sculptée. On remarquera que l'inscription est en polonais; c'est considéré comme un geste patriotique promouvant l'usage de la langue nationale et la portant au niveau des cultures de premier plan. Quelques décennies auparavant, elle eût été en latin.

 

haut de la page

 

 

quelques vues anciennes

Gucin-Gaj
photo Biblioteka Narodowa - auteur non mentionné

Gucin-Gaj
photo Biblioteka Narodowa - auteur non mentionné

Gucin-Gaj
photo Biblioteka Narodowa - auteur non mentionné

le sarcophage en 1929

urne et lion en 1914

plaques avec inscriptions - 1929

 

Gucin-Gaj
photo Biblioteka Narodowa - auteur non mentionné

la maison en 1929

 

haut de la page

 


Détails pratiques
 

Gucin-Gaj est à la limite nord d'Ursinów, au pied de l'église Sainte-Catherine (św Katarzyny). Le quartier est bordé par le boulevard à chaussées séparées E30.     le voir dans Google Earth Google Earth

Le creux des étangs est entouré d'une clôture vétuste qui ne semble pas fermée. Si vous ne voulez pas vous y engager, il suffit d'observer le site depuis la plate-forme de l'église et du fond du cimetière, d'autant plus qu'il n'y a aucun reliquat à voir. L'entrée de la fausse catacombe se trouve dans le terrain en prairie à gauche de l'église, c'est un trou sous une voûte en brique à moitié enterrée; son accès est dangereux.

 

Liens

 

Ouvrages
  Articles de revues

 


haut de la page page précédenteretour accueil plan du site  

lien externe signale les
liens externes

 


droits réservés de l'auteur, Dominique Césari  -  crédits photographiques (dont licence Wikimedia Commons) mentionnés dans le texte
Page créée le 12 mai 2017, mise à jour le : 21 mai 2017
.

Notes

1   Wincenty Kasprzycki (1802-1849)
.
peintre lien externe spécialisé dans les paysages, il a donné des vues lien externe de Varsovie, Wilanów, Natolin, Morysin, Gucin, Powazki. Il a aussi peint des portraits et des intérieurs. Mort du choléra pendant l'épidémie de 1849.

retour au (1)retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l'obélisque urne et lion sarcophage catacombes kiosque chinois l'étang de l'église le bosquet le petit étang maison la pelouse l'église le cimetière par défaut, retour au plan