Jardins anglo-chinois ornés de fabriques
 

mention du copyright


projet de pavillon turc par Zug
projet de pavillon turc par S.-B. Zug
 
.

Pologne

.
Arkadia (à compléter) - Puławy
.
Gucin-Gaj - Na Książęcem
.
Vaucluse (à compléter)
.
Pokój/Carlsruhe
Brzeg Dolny/Dyhernfurth
.
autres sites :
Varsovie   région de Varsovie
périphérie de la Pologne

ailleurs en Europe :
Suède , Russie , Belgique , Ukraine
Suisse , République tchèque
autres pays d'Europe
 

En Pologne, la réalisation des premiers jardins anglo-chinois commença juste après la moitié du XVIIIème siècle autour de Varsovie, donc avant la France.  Toutefois les parcs les plus représentatifs du genre encore existants, Arkadia et Puławy, furent aménagés dans les deux dernières décennies du siècle et la première du suivant.

J'ai réuni des informations plus précises sur ces deux parcs, pour une double raison : les liens avec la France sont très forts, encore plus pour Arkadia, en partie inspiré par Rousseau et Ermenonville. D'autre part, si ces parcs sont bien connus des spécialistes, on trouve peu d'information en français. Aimerions nous moins la Pologne ? Je crois surtout que nous avons oublié les grandes heures de l'amitié franco-polonaise. Ce sera donc ma petite contribution à sa remémoration.

J'ai également rédigé des pages sur trois parcs largement diminués, voire totalement disparus, presque impossible à appréhender autrement qu'en polonais : Vaucluse, modeste mais précurseur, Na Książęcem, plus considérable, jalon important dans l'essor du genre en Pologne et Gucin-Gaj, petit et plus tardif mais signifiant.   Enfin, j'ai aussi consacré une page à Pokój/Carlsruhe et une à Brzeg Dolny/Dyhernfurth, aujourd'hui tous deux en Pologne mais aménagés alors qu'ils étaient en territoire prussien.   En revanche, je ne créerai pas de pages pour des parcs aussi célèbres que le Łazienki et Wilanów car ils sont tout à fait accessibles au lecteur français, en particulier par des "beaux livres".


Courage, il va falloir se mettre au polonais pour tirer partie de la majorité des liens ci-dessous. Google traduction externe reste votre ami.



Varsovie et ses faubourgs
 

Les faubourgs sud de Varsovie comptent un exceptionnel ensemble de parcs, surtout si on prend en compte ceux qui ont disparu et ceux (comme Królikarnia à Mokotów) qui ne sont pas anglo-chinois. Ils sont au pied de l'escarpement de la Vistule lien externe, à l'est de celui-ci.   Cette floraison n'est pas le fruit du hasard : les grandes familles aristocratiques (1) qui en eurent l'initiative se fréquentaient et étaient liés par des liens de parentés souvent étroits. Les concepteurs prirent soin de coordonner les parcs entre eux, par exemple en ouvrant des perspectives, où l'un servait de lointain décor de fond au premier. Stanislas Potocki entoura Wilanów de satellites qui reçurent le nom de ses petits-enfants : Morysin pour Maurice, Natolin pour Nathalie et Gucin pour Auguste (dont le diminutif était "Gucin").

le parc Królikarnia à Mokotów s'appelle également Arkadia; c'est un jardin anglais du 19eme siècle. Ne pas le confondre avec celui de la princesse Helena dans le domaine de Nieborów.

carte du sud-est de Varsovie en 1914

Dans la ville, proche de la Vistule, le vaste parc Łazienki externe comprend deux fabriques externe de la fin 18ème, le théâtre romain et la tour-réservoir, et deux de 1822 : le temple de Diane et le temple égyptien. Ce parc s'étend au-delà d'un lac artificiel de forme allongée, où se trouve sur une île le "palais sur l'eau", une folie-Trianon. Clin d'œil à notre pays : Louis XVIII en exil a séjourné quelque temps à Lazienki et, plus brièvement, à Mon Coteau.


.

Le palais de Wilanów externe, aujourd'hui dans les faubourgs de Varsovie, fut construit en 1680 pour devenir le palais d'été externe de Jean III Sobieski, le vainqueur des Turcs sous les remparts de Vienne. En 1784 le parc fut aménagé en jardin anglais pour la princesse Izabela Lubomirska lien externe sur les dessins de Szymon Bogumił Zug externe. Sur la gauche du château, ce jardin anglais lien externe s'allonge le long d'un ancien bras de la Vistule, alimenté par un canal de dérivation. Une imposante tour néo-gothique de briques du milieu du 19eme abrite les pompes. On trouve un peu plus loin un pavillon chinois assez massif, puis un pont romain reliant la langue de terre à l'île allongée qui suit, créée artificiellement par battage de pieux. A droite du château, également au bord de la pièce d'eau, le jardin anglo-chinois abrite une cascade, au-delà, une ferme néo-gothique de 1811 d'Aigner; sur le côté la "colline de Bacchus" de Sobieski, bien antérieure mais annonciatrice de l'esprit des fabriques fut conservée (c'est à vrai dire un assez modeste monticule). Au droit de la façade du château, le jardin italien baroque antérieur a été préservé; on trouve dans le parc de nombreuses statues et divers monuments (obélisques, mausolées des princes).

Izabela Lubomirska (de son nom complet Izabela z Csartoryskich Lubomirska, belle-sœur de la suivante) forme, avec les princesses Izabela Czartoryska lien externe (qui fit aménager Pulawy) et Helena Radziwiłłowa lien externe (qui conçut et fit aménager Arkadia), un exceptionnel trio de femmes ayant développé le genre en Pologne. Les deux premières ne se contentèrent d'ailleurs pas de leur parc principal, elles en eurent l'une et l'autre un second, plus intime, lieu de retraite de prédilection (respectivement "Mon Coteau" et Powazki).


.

Le palais Szustra externe, dans Varsovie, est le reste de la folie "Mon Coteau" lien externe construite vers 1772-1775 par S-B Zug pour la princesse Izabela Lubomirska. Il ne subsiste que le pavillon flamand, transformé en style mauresque début 19ème (Mokotów domek mauretańsky). Le palais (de 1776 - la façade avait été transformée en 1845 puis 1852 en style gothique et renaissance), comme les autres fabriques, furent détruits pendant la seconde guerre mondiale et le jardin, ravagé. Le palais a été reconstruit dans les années 60 et le jardin replanté. Il ne reste donc que peu de chose de la folie mais le palais est une construction étonnante.


.

Le jardin Na Książęcem (page dédiée), aujourd'hui au cœur de la ville, fut aménagé en folie à la mode par S.-B. Zug à partir de 1776 pour Kazimierz Poniatowski, frère du roi Stanislas Auguste. Il en reste un parc urbain, avec la grotte Elizeum, bien conservée, et une pièce d'eau mais rien des autres fabriques. Malgré la relative modestie de ces reliquats, ce jardin est particulièrement intéressant car c'est un jalon capital de l'histoire de ces parcs en Pologne, à la façon de la Folie de Chartres (Monceau) pour la France.


.

Natolin externe, proche du palais royal de Wilanów, servait de lieu de détente, un peu comme Marly pour Versailles. Stanislas Kostka Potocki (qui en était devenu propriétaire) fit transformer le parc en jardin anglais par Szymon Bogumił Zug pour le mettre au goût de sa belle fille Anna Tyszkiewicz. Il subsiste quelques fabriques externe : un temple dorique de 36 colonnes sur le modèle de Paestum, un pont mauresque et une ruine d'aqueduc se terminant par une arche. La ferme hollandaise externe a été détruite.


.

Le jardin de Gucin-Gaj (page dédiée), très amoindri aujourd'hui, était également dans les parages de Wilanów et Natolin; il appartenait à Stanislaw Kostka Potocki. En 1821, sa veuve le fit aménager en parc à sa mémoire.


.

Plus tardif : Morysin externe, à une dizaine de km au sud-est de Varsovie, de l'autre côté de la rivière qui longe le parc de Wilanów (canal Sobieskiego). Autour d'un palais néo-classique construit en 1811, aujourd'hui en ruine, plusieurs fabriques ont été construites de 1825 à 1850 : une tour, un chalet du garde, un pont, un oratoire, dont la plus impressionnante est la porte gothique externe de 1846, par Henry Marconi. Histoire du domaine externe.


.

Résidence Czartoryski de Powazki externe, dans l'immédiat voisinage de la ville au nord-ouest, n'entrant donc pas dans le réseau de parcs du sud-est. La construction, voulue par Izabela Czartoryska, commença en 1771 et le parc de style anglais fut aménagé à partir de 1775, la dérivation de la rivière Rudawki alimentant un étang, des bras de rivières enserrant des îles, des ponts. On y trouvait un amphithéâtre romain ruiné, des huttes aux toits de chaume, des grottes, un moulin à eau, une taverne et un manoir gothique. La résidence a été totalement détruite en 1794 lors de l'insurrection de Kosciuszko, et abandonnée. Elle est devenue un cimetière.


.

A une dizaine de kilomètres au nord, n'entrant donc pas lui non plus dans le réseau des parcs des faubourgs sud, se trouve Jabłonna externe, sur les bords de la Vistule. De 1774 à 1780, le prince-évêque Michel Jerzy Poniatowski, autre frère du roi Stanislas Auguste y fit construire un château par l'architecte italien Dominique Merlini. Sa façade semble s'inspirer d'une pagode chinoise, avec une boule surmontant le toit en pente inversée. Il est entouré d'un jardin anglais orné, s'étendant sur 46 hectares, œuvre de Szymon Bogumił Zug. On y trouve un pavillon chinois à usage de bains chauds, un pont, des grottes de rocaille, un arc de triomphe dédié au prince Joseph Poniatowski, l'orangerie et les ruines des écuries.

 

Région centre, non loin de la capitale
 

Arkadia et Puławy sont dans un rayon de 100 km autour de Varsovie.

 

A la périphérie de la Pologne
 

À Białystock, près de l'actuelle frontière avec la Biélorussie, Izabella Branicka lien externe initia vers 1750, puis développa à partir de 1767 un petit jardin paysager appelé "Vaucluse" (page dédiée)

Des trois parcs suivants, les deux premiers furent aménagés alors qu'ils n'étaient pas en Pologne mais s'y trouvent aujourd'hui et le troisième, alors qu'il était administré par un Potocki mais se trouve aujourd'hui en Ukraine :

Pokój (prov. d'Opole). Ce parc est différent des précédents. A l'époque il était en territoire prussien, non loin de Breslau. C'était un domaine des princes de Wurtemberg-Œls et le village s'appelait Carlsruhe. Un jardin anglo-chinois y fut aménagé vers 1780-1790. Voir la page parc de Pokój/Carlsruhe

Brzeg Dolny lien externe (Basse Silésie, province de Wołów) était également en territoire prussien. Un parc à fabriques, plus modeste, y fut aménagé vers 1785, complété par un remarquable temple grec en 1802. Voir la page Brzeg Dolny/Dyhernfurth


.

Bien que situé actuellement en Ukraine, à Ouman, signalons le parc Sofijówka (page dédiée), par Stanislas Potocki pour son épouse Zofia Potocka et nommé en son honneur. En effet son commanditaire est polonais, comme son concepteur, l'ingénieur militaire et architecte Ludwik Chrystian Metzell. Vaste parc externe de 160 hectares, avec une rivière souterraine, une cascade de 23 m, l'amphithéâtre antique, un ermitage, d'énormes rochers , le labyrinthe crétois, Champs-Élysées, grottes artificielles, des cabanes, des ponts, des pavillons, des obélisques.

À l'est de la Pologne, près de Nieśwież lien externe (aujourd'hui Niasvij en Biélorussie), le prince Karol Radziwiłł fit aménager vers 1780, au fond du parc du château, le village de plaisance d'Alba (page dédiée).


.

Il ne semble pas qu'aient été aménagés de parcs de moindre importance, à l'initiative de propriétaires un peu moins haut placés dans la noblesse polonaise, à l'inverse de l'Allemagne ou de la Suède. Et encore moins dans la grande bourgeoisie, qui était sans doute moins étoffée qu'en France. Ou alors, ils sont difficiles à repérer. Par exemple, Strabla lien externe, a été entouré d'un jardin à l'anglaise mais il n'y a pas eu vraiment de fabrique, seulement une grotte et une glacière utilitaire. Toutefois, un assemblage de relevés cadastraux de Varsovie fin 18ème nous révèle que de nombreux hôtels possédaient un jardin aménagé à l'anglaise dont certains comptent des pièces d'eau et des rocailles; ils sont le pendant de nos hôtels parisiens tels que celui d'Évreux (l'Élysée) ou Matignon. On voit d'ailleurs des dessins de projets de fabriques pour le banquier Piotr Fregusson Tepper à Falenty, pour le palais du primat, pour Kazimierz Poniatowski à Solec, etc.. mais ils ne semblent pas avoir été réalisés en conformité à ces esquisses.



haut de la page page précédenteretour accueil plan du site  

externe signale les
liens externes

 


droits réservés de l'auteur, Dominique Césari
page créée en avril 2017  -  dernière mise à jour : 27 décembre 2017

 

 



Notes

1   la haute aristocratie polonaise
.

La noblesse polonaise lien externe , nombreuse, était divisée en classes. Seule la noblesse supérieure appartenait à l'Arystokracja, ou classe des magnats lien externe. Au moyen âge, ce titre désignait nomément une personne et constituait un degré de noblesse. Plus tard, l'importance du patrimoine foncier remplaça l'attribution individuelle du titre, qui devint dès lors un titre de courtoisie, pour toute la famille. On comptait 200 à 300 familles de magnats. Au premier rang, les Lubomirski, Leszczyński, Branicki, Poniatowski, Potocki, Radziwiłł, Sanguszko , ... et "la Famille", les Czartoryski. Patrimoine foncier et pouvoir politique allaient de pair, s'accompagnant de l'accès aux plus hautes charges. Voir à titre d'exemple la carte des possessions lien externe de quatre grandes familles au XVI-XVII°. Après que la monarchie fut devenue élective, en 1572, la grande affaire devint l'élection du roi, objet de toutes les luttes d'influence, alliances et compromis. Avec un jeu d'alliances matrimoniales et calculs à long terme.
Cet ordre des choses n'était pas immuable : les magnats médiévaux s'étaient effacés, les magnats du 18ème siècle dont je cite les noms avaient émergé ultérieurement. Les Czartoryski eux-mêmes devaient leur fortune à Auguste II le Fort.

retour au (1)retour