Jardins anglo-chinois ornés de fabriques

pagode chinoise de Schoenberg / Laeken
projet de temple par Charles Wailly vers 1780 (1)

 

Belgique

.
page séparée : Laeken
.  
Beloeil
Attre
Wespelaar
Alden Biesen
Duras
.
autres sites

ailleurs en Europe :
Suède , Pologne , Russie
autres pays d'Europe
   

Ne disposant que de peu de matériau sur les parcs de Belgique, je n'ai créé de page séparée que pour Laeken (pour montrer les gravues anciennes), et en céérai peut-être une pour Wespelaar.



 


Belœil
 

Parc et château de Belœil externe. Le prince de Ligne avait parcouru l'Europe, vu beaucoup de jardins, et rêvé de transformer l'immense parc de son château en jardin à l'anglaise orné de quelques fabriques. Il ne réalisa qu'une petite partie de ce projet (qui aurait compris en particulier un pavillon chinois et un pavillon turc). En 1766, il avait déjà fait construire par Bélanger le temple de Morphée ; il aménage l'île de Flore en forme de trèfle ; puis, après 1786, il fit construire la Ruine et l'obélisque. Ceci dans une modeste annexe à l'anglaise du jardin régulier. Le prince, arbitre des élégances aux bals de la cour à Versailles, était l'observateur pénétrant, spirituel et impitoyable de la mode des jardins anglo-chinois (voir la bibliographie).

visite lien externe d'une association

 


Attre
 
.

Au château d'Attre externe, possession des comtes de Gomegnies, un jardin anglais fut aménagé avec quelques fabriques, en particulier une énorme rocaille externe de 24 mètres de haut, percée de grottes et surmontée d'un belvédère, érigé pour complaire à l'archiduchesse Marie Christine d'Autriche (sœur de Marie-Antoinette - qui fit aménager Schoenberg- Laeken), familière du lieu, qui suivait la chasse de son sommet.

 


Wespelaar
 
.

Le parc du château de Wespelaar externe comporte des fabriques, dont un temple, une pyramide et un obélisque. Le pont chinois, la grotte et l'Élysée ont disparu. C'est l'architecte et paysagiste Ghislain-Joseph Henry lien externe qui dirigea l'aménagement. 20 hectares sont devenus en 1984 l'arboretum de Wespelaar externe, que l'on visite, et d'où l'on a peut-être une petite vue sur le temple.

fiche du site régional du patrimoine lien externe histoire et une photo de la pyramide-glacière (en néerlandais)

 


Alden Biesen
 
.

Alden Biesen externe (Limbourg) : un jardin à l'anglaise a été aménagé en 1786-1787 sur le côté sud du château, sur les dessins de Henry. Les fabriques font référence à l'exotisme et à la mythologie romaine : temple de Minerve, un temple chinois, une grotte avec Daniel dans la fosse aux lions, un ermitage et un pavillon d'été avec glacière.

 


Château de Duras (Sint-Truiden)
 
.

Un peu tardif : en 1820, les propriétaires font transformer le parc en "ferme ornée" par François Verly, l'architecte et paysagiste installé à Bruxelles qui avait conçu dans sa jeunesse le Colisée de Lille. Voir la fiche du site régional du patrimoine lien externe (en néerlandais)

 


Autres parcs
 
.

La classe aisée regardait vers l'Angleterre et sa modernité; plusieurs parcs de châteaux, dont certains relativement modestes, furent précocement transformés en jardin anglais.

Un des plus anciens serait le Parc Walckiers lien externe à Schaerbeek. Il a été laissé à l'abandon. Très dégradé, il fait office de zone naturelle lien externe, avec des arbres reliquats des plantations lien externe; il y subsiste deux grottes dont la plus petite est surmontée d'un obélisque mais il n'est pas évident qu'elles datent de l'aménagement des années 1770 : elles sont peut-être été ajoutées vers 1865 lors d'un ré-aménagement total.

un ouvrage : Laurence Baudoux-Rousseau, Charles Giry-Deloison : Le jardin dans les anciens Pays-Bas - Presses Universitaires d'Artois - 2001 - ISBN 978-2-910663-63-6 (il s'agit des Pays-Bas autrichiens)



haut de la page page précédenteretour accueil plan du site  

externe signale les
liens externes

 

droits réservés de l'auteur, Dominique Césari
page séparée en juin 2017 sur la base du texte de 2002  -  dernière mise à jour : 3 juillet 2017


Notes

1   projet de temple par Charles de Wailly
.
Cette aquarelle présente une amusante énigme : elle est intitulée « Temple de l'Amitié - dédié à son altesse royale Marie Christine Josephe, archiduchesse d'Autriche, duchesse de Saxe-Teschen, gouvernante des Pays-Bas - par son très humble et très obéissant serviteur de Wailly » , c'est clairement le temple de l'Amitié du parc de Schoonberg construit vers 1785. L'environnement du temple est imaginaire, afin de le rendre pittoresque mais l'architecture est bien celle-là. Or Charles de Wailly avait proposé en 1781 un projet d'aménagement pour le château d'Arenberg et son parc (aujourd'hui château d'Enghien) que le duc Louis d'Arenberg envisageait de rénover, avec la création d'un jardin anglais au-delà du canal. Sa proposition comprenait un temple d'Apollon, selon une estampe exactement identique : voir l'annexe en bas de la page du cercle archéologique d'Enghien lien externe. Mais le duc Louis atermoya et ne passa pas à la réalisation. Charles de Wailly, avait engagé bien des efforts et des frais (voir renvoi 34).   On est tenté d'en déduire que de Wailly recycla le projet auprès de l'archiduchesse Marie Christine.

retour au (1)retour