Jardins anglo-chinois ornés de fabriques

temple de l'amitié de Pavlovsk en contours

 

Autres parcs
d'Europe


Angleterre
Allemagne
Russie
Empire Austro-Hongrois
autres pays

carte de l'Europe

pages spécifiques :
Suède   Pologne
   

Les jardins anglais comme les jardins anglo-chinois trouvent bien entendu leur origine en Angleterre.

La mode se propagea aux autres pays européens vers 1750. Ce n'est pas en France qu'elle s'implanta le plus rapidement. En Suède, un parc de pavillons chinois remonte à 1753 et Frédéric II de Prusse construisit en 1754-1757 une maison de thé chinoise à Sanssouci, vingt ans avant la vogue en France, qui s'est amorcée vers 1775 (le pavillon chinois de Lunéville, qui remonte à 1737, n'est pas un exemple d'acclimatation précoce du genre en France. L'initiative de la construction revient à Stanislas Leczinsky, roi déchu de Pologne).

A propos de l'évolution du jardin anglais au jardin anglo-chinois puis au Picturesque, voir la bibliographie générale, en particulier le livre de Tom Turner externe et la conférence de Baldine Saint Girons.

Je cite dans cette page les parcs à l'étranger traités en jardins anglo-chinois ornés de fabriques ou de folies, et quelques parcs qui s'en rapprochent, soit qu'ils précèdent le style, soit qu'ils le suivent. Les parcs de Suède sont présentés dans une page spécifique, en raison des relations avec le Désert de Retz. Sauf le Haga, je n'ai jamais visité ces parcs situés à l'étranger; il n'y a donc pas de photos.

 

Localisation des jardins anglo-chinois et des fabriques

carte d'Europe
Image mappée renvoyant aux passages correspondants
 parcs principaux     parcs campagnards     fabriques isolées     sites disparus

 

Grands parcs de France Danemark Suède : les rives inspirées du Malaren La couronne étincelante de Saint-Pétersbourg Allemagne Suisse République Tchèque Autriche Hongrie Pologne Angleterre : le berceau créateur Espagne : Aranjuez, El Capricho Italie : Caserte, Palerme France : parcs de campagne Kerlévenan La Garenne-Lemot Chanteloup Le Vert Bois Croatie Finlande Belgique France : chinoiseries disparues Buthiers Irlande retour page en cours

Royaume-Uni

Angleterre


.

Les jardins anglais du XVIIIème siècle sont innombrables. Le seul Lancelot "Capability" Brown en créa plus de deux cents et les Anglais sont conservateurs. Toutefois, la plupart n'ont que peu ou pas de fabriques. Par exemple, Attingham Park externe, du à Humphrey Repton, ou Berrington Hall externe, dernière création de "Capability" Brown. On compte beaucoup moins de parcs composés pour mettre en scène de nombreuses fabriques, s'apparentant donc au genre anglo-chinois, objet de ce site et des parcs dénombrés dans la présente page. Entre les deux, se trouvent des parcs ornés de seulement quelques fabriques, comme Blenheim. La distinction entre parcs typiques et parcs au petit nombre de fabriques est commode mais pas logiquement signifiante, voir Eubulide de Milet externe


Parcs typiques du genre

Dans l'ordre d'évolution du genre.

Stowe externe, archétype du jardin anglais : bien noter que ce n'est pas un jardin anglo-chinois. Je le cite précisément pour mesurer l'évolution. Stowe comporte une trentaine de petites constructions, principalement néoclassiques. Le jardin anglo-chinois se différencie du jardin anglais en ce qu'il fait appel systématiquement (mais pas exclusivement) à des pavillons chinois ou orientalistes, par un paysage compartimenté et des allées qui serpentent (style "Serpentine" du jardin anglais) et par la préciosité du décor bâti aussi bien que végétal. Ces attributs ne sont pas présents à Stowe.


.

Chiswick externe : l'intention initiale de Lord Burlington était de créer une villa et des jardins romains, inspirés de la villa d'Hadrien à Tivoli. Avec William Kent, il fit évoluer ceux-ci vers le nouveau style des jardins anglais, avec chemins sinueux, pièces d'eau, cascades et ponts. Il ajouta des fabriques externe inspirées de l'antiquité classique : temple ionique, le Bagnio, de nombreuses statues à l'antique, un obélisque, un temple païen et une maison rustique mais pas de chinoiseries. Plus tard, William Chambers aménagea une cascade sortant d'une grotte de rocaille. Lerouge présenta Chiswick dans son premier cahier, ce qui dénote l'importance du parc à l'époque.


.

Stourhead externe: l'autre très grand parc externe anglais classique. Commencé en 1741 et parachevé jusqu'en 1780, il a la particularité d'avoir été conçu par son propriétaire, Henri Hoare II.   Le lac (creusé pour former le paysage), les fabriques externe édifiées sur ses rives, la perspective avec le pont, atteignent au sublime recherché dans ces compositions. Les fabriques sont dues principalement à l'architecte Henry Flitcroft : temples de Ceres (1744 - dit de Flora), d'Hercule (1754 - dit Panthéon) et d'Apollon en 1765. Sa tour du roi Alfred fut achevée en 1772. Et aussi un obélisque, un pont chinois, une grotte, une chaumière gothique, ermitage, des statues...   Quelques unes des fabriques d'origine ont disparu, surtout des structures légères de bois ainsi qu'un petit temple.


.

Painshill externe, autre jardin externe contemporain de Stowe et Stourhead. Le parc avait souffert et sa restauration, lancée en 1981, est bien avancée, ainsi que celle des fabriques : les ruines de l'abbaye, la grotte de cristal, tente turque, temple et tour gothiques. Le temple de Bacchus est en attente de reconstruction.


.

Rousham externe, œuvre majeure de William Kent, commencé en 1738. Parc anglais avec des cascades, des cheminements bordés de sièges et plusieurs fabriques dont l' "Eye-catcher".


.

Studley Royal externe, site inscrit au patrimoine mondial externe de l'Unesco, a une histoire curieuse. John Aislabie, richissime propriétaire, chancelier de l'échiquier, perdit argent et honorabilité dans des spéculations sur le commerce avec les Indes. Aigri, il reporta tout sur son parc. Son fils William poursuivit son œuvre à partir de 1742 et acheta les ruines contiguës de l'abbaye cistercienne de Fountains Abbey. Une douzaine de fabriques (en comptant pour une seule la vallée des ponts), dont deux temples. Jardin anglais baroque plutôt qu'anglo-chinois, mais lieu magique.


.

Hestercombe externe (Somerset) : ce parc dont le noyau remonte au 13ème siècle a été aménagé vers 1770 sous une forte influence des Leasowes. Complètement abandonné en tant que parc d'agrément, il n'était plus voici une vingtaine d'années qu'un bois de rapport. Son état a été restitué à partir des années 1990 par curage des étangs comblés, reconstitution des parcours, plantations adéquates et plusieurs fabriques externe également restaurées : l'octogone (tour sur une butte), le banc chinois, l'alcôve gothique, la maison de la sorcière, le temple Arbour (dorique à quatre colonnes toscanes), la maison de la sorcière.


.

West Wycombe externe : en tout 21 fabriques externe dont huit temples : d'Apollon, de la musique (le plus remarquable), etc.. Toutefois ces fabriques ne peuvent rivaliser avec celles des parcs de la plus grande notoriété; elles sont classées au mieux grade II par le National Trust (beaucoup de celles mentionnées pour d'autres parcs sont Grade I). En outre, certaines ont été intégralement reconstruites, ayant été détruites.


.

Kew Gardens externe, contigu à Greenwich, archétype du jardin anglo-chinois. On y dénombre une quarantaine de fabriques, en parfait état d'entretien. Parmi cette pléiade, il est difficile d'en citer une plus que d'autres, si ce n'est peut-être la fameuse pagode chinoise externe due à William Chambers, dont l'œuvre rayonna dans toute l'Europe: Chanteloup, Schonenberg, Grönsöö ... en sont inspirés.


.

Shugborough externe (Straffordshire) : le parc a été aménagé en deux phases. L'amiral George Anson, qui avait séjourné plusieurs mois à Canton, fit construire en 1747 une pagode chinoise (détruite), le pavillon externe et le pont chinois qui subsistent. Vers 1760 Thomas Anson commanda à James Stuart "l'Athénien" des fabriques classiques. Un pont palladien, un temple dorique, le temple des vents, la lanterne de Démosthène, un arc de triomphe, la maison des bergers, une cascade à colonnade, et des ruines. Ce parc est plus une évolution vers le Picturesque qu'anglo-chinois.


.

J'ai consacré une page particulière aux Leasowes, créés par le poète William Shenstone, qui ne sont pas exactement un parc à fabriques et encore moins un jardin anglo-chinois, mais plutôt le modèle du jardin romantique. Les Leasowes inspirèrent le marquis de Girardin pour Ermenonville, qui inspira en retour Kilfane.


Parcs au nombre limité de fabriques

Dans l'ordre alphabétique.

Blenheim externe avec un pont qui pourrait ailleurs compter pour une fabrique, des cascades, et le temple de Diane, ajouté par William Chambers.


.

Castle Howard externe : le Mausolée, le temple des quatre vents, l'obélisque, des ruines.


.

Claremont Landscape Garden externe parc redessiné par William Kent puis LCB. Tour du Belvédère, grotte de rocaille en bord de lac, colline artificielle, et du 19ème, une chaumière octogonale.


.

Heaton Park externe est devenu un vaste parc urbain de Manchester, également dessiné vers 1785 par William Emes. On y trouve plusieurs fabriques des années 1800-1807 : un temple à colonnes toscanes, un pavillon au fronton dorique et son ha-ha, la "loge du forgeron" pavillon octogonal à colonnes, une porte monumentale et un tunnel de rocailles. Des aménagements ultérieurs perturbent quelque peu la simplicité initiale.


.

Prior Park externe le parc a bénéficié des conseils de LCB mais aussi du poète Arthur Pope, essentiel dans le mouvement artistique et philosophique des jardins de cette époque. Peu de fabriques, mais quelle perspective ! l'enfilade de trois lacs dans un vallon, franchi par le pont palladien et, au sommet de la contre-pente, la demeure au fronton dorique sont à couper le souffle. Également un temple gothique et une arche triple de rocaille (Mrs Allen's Grotto),


.

Wilton House externe : son pont palladien de l'architecte Roger Morris (et du propriétaire le 9eme comte de Pembroke) a servi de modèle aux suivants, en particulier celui de Stowe.


.

Wimpole Estate externe compte une ruine artificielle de 1770, d'un château gothique.


.

Wrest Park externe (Bedfordshire) : créé au début du XVIIIème siècle pour le duc de Kent, comprend un parc anglais et un jardin français. Plusieurs folies ornent le parc : une orangerie, le pavillon de l'archer, l'autel de Mithra ainsi qu'un pavillon et un pont chinois. Il faut enfin mentionner la colonne commémorative à Lancelot "Capability" Brown, au fût bagué.


Fabriques isolées de style anglo-chinois

Les fabriques isolées (follies) sont bien plus nombreuses, des dizaines. Je m'attache au genre chinois.

A Boughton House externe, "Versailles anglais" un pavillon chinois externe de 1745 aux panneaux de cuir vernis est conservé dans l'aile inachevée.   .......   Alresford Hall : au bord du lac de sa résidence, le colonel Isaac Rebow fit construire un pavillon chinois dans les années 1760. Il est à demi avancé sur l'eau et servait à la pêche. Le pavillon serait conservé avec soin par les descendants du général, qui résident toujours là. Le pavillon a une notoriété particulière, en raison de la peinture externe et des dessins dits "des Quarters" externe qu'en a laissés John Constable, invité en 1816 par le général Francis Slater-Rebow, gendre du colonel.




.

On trouve d'autre part un bon nombre de pavillons chinois ou japonais externe d'époque victorienne ou postérieurs, qui n'entrent pas dans le sujet. Sans parler des vertigineux Alton Towers externe (remarquable pagode chinoise, mais transformé en parc à thème) et Woburn Abbey externe (avec un safari-park externe - toutefois désormais séparé). Dans cette veine, je vous signale la possibilité de commander un Lusthus pavilion externe dans la tradition anglo-chinoise suédoise du XVIIIème siècle, montrant également qu'il ne faut pas perdre d'occasion de commercer.


Irlande

L'Irlande faisait alors partie du Royaume Uni. Deux fermes ornées : Kilfane externe dont nous venons de parler, et Larchill externe, dans le comté de Kildare.




Allemagne


Brandebourg et Berlin

Sanssouci  Frédéric II de Prusse construisit en 1754-1757 une maison de thé chinoise externe dans son parc de Sanssouci externe à Potsdam externe (voir les conditions de visite) externe. Ce pavillon chinois est sans doute l'un des plus luxueux et mieux conservés qu'il nous soit donné d'admirer aujourd'hui. J'écris Sanssouci à l'allemande, nous aurions tendance à écrire Sans-Souci.

Dans les Nouveaux Jardins, aménagés pour Frédéric-Guillaume II, se trouve une pyramide-glacière de 1791-1792, par l'architecte Gottard. Des remaniements ultérieurs étalés jusqu'au milieu du XIXème siècle affirmèrent le caractère de jardin anglais du parc. De cette époque date un monument funéraire à la reine Louise, de style néoclassique.

Potsdam est entouré d'un formidable enchaînement de parcs, ceinturant des lacs bordés d'une profusion de bâtiments s'apparentant aux fabriques et folies, parcourus de rivières, où les évolutions de style ajoutent à la surprise. Outre le parc de Sanssouci externe, le Ruinenberg externe , le Klausberg (Orangerie, Belvédère, maison du Dragon), Charlottenhoff externe. C'est l'ensemble d'un seul tenant le plus fourni, si ce n'est le plus vaste (qui semble être Lednice-Valtice).


.

Berlin : Bellevue externe a eu un vrai parc anglo-chinois de la fin du XVIIIeme mais les fabriques semblent détruites, il ne reste plus que le jardin.   Voir ci-dessous les grands parcs de Berlin, un peu postérieurs, vers 1825.


Hesse

Kassel : Frédéric II de Prusse fit construire de 1781 à 1785 un village chinois, le Mulang externe, composé de pavillons et de fermes, dans un parc déjà orné de cascades. Il comptait aussi un moulin. Son nom de Mulang, qui sonne pourtant agréablement chinois, n'est que la déformation phonétique du français moulin. Un grand nombre de maisons subsistent, dont le plus important pavillon chinois, malheureusement banalisées dans le quartier, qui a été loti.

Dans Kassel, le parc externe de Wilhelmshöhe externe (début 18ème) comprend en outre une pléiade de pavillons philosophiques externe de la fin du 18ème siècle : la grotte de la Sibylle, l'ermitage de Socrate, une pyramide inspirée de celle de Caïus Cestius (source commune des pyramides anglo-chinoises), un temple de Mercure, la pelouse de Virgile, la grotte de Pluton. Le temple d'Apollon externe est de 1816-1818. Il est de l'architecte Jussow externe ainsi qu'une partie des fabriques. Sauf le temple d'Apollon, les pavillons philosophiques mentionnés ne sont que des éléments mineurs de ce parc étourdissant, organisé autour de la perspective monumentale des cascades partant de la tour de l'Hercule jusqu'au lac inférieur.


.

Darmstad : un jardin anglo-chinois externe a été créé en 1772 pour le prince Émile par Carl Von Moser et le maître-jardinier Nikolaus Andreas Siebert. Il est orné de fabriques, dont une église gothique, des ruines romantiques et un pagodon chinois sur une île externe.


.

Eulbach  : le château est entouré d'un parc externe de 3000 hectares, comprenant un jardin anglais externe aménagé entre 1802 et 1807 sous la direction de Friedrich Ludwig von Skell, chef des bâtiments de la cour de l'électeur Palatin à Mayence. Il est orné de ruines romantiques et de fabriques, en partie reconstruites : la tour de Römerkastellen, la ruine artificielle du château Eberhard, l'obélisque, une fausse chapelle gothique sur une île. Des ruines romaines authentiques (car le limes, frontière de l'empire romain, passait là) sont incorporées comme fabriques.


Anhalt

Le jardin de Dessau-Wörlitz  le Prince Leopold III Friedrich Franz d'Anhalt-Dessau, s'appuyant sur des parcs et palais préexistants créa à partir de 1765 un royaume - jardin externe autour de la ville de Dessau, entre l'Elbe et la Mulde. Il est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO externe.

Le prince fit aménager Wörlitz  par l'architecte Erdmannsdorff. Par le compartimentage de l'espace en entités successives et le dialogue systématique d'un pavillon avec l'entourage de végétation et d'eau, ce jardin annonce les parcs à fabriques, dont il pourrait être considéré comme le prototype (l'aménagement, commencé en 1765, s'étala sur quarante ans; Erdmannsdorff mourut en 1800).
Sur les 120 hectares d'origine, Wörlitz externe est admirablement conservé, mais malheureusement enserré par une autoroute, des usines et le réseau routier. Historique du jardin en français externe et site de la ville externe.


.

Oranienbaum , construit à la fin du XVIIème siècle, fut aménagé en jardin anglo-chinois externe entre 1793 et 1797 par le prince d'Anhalt-Dessau. C'est un des autres éléments du complexe de Dessau. On y trouve une pagode chinoise inspirée de William Chambers, trois maisons de thé et une orangerie de taille exceptionnelle (170 m de long). Comme Oranienbaum et Worlitz ne sont distants que de 5 km et font partie de la même commune, il arrive que l'on parle d'Oranienbaum-Worlitz. Mais les deux parcs sont distincts, tout en faisant partie du royaume-jardin.


.

Autres sites du "royaume-jardin" : Grosskühnau externe, le Georgium externe, le Luisium externe le Sieglitzer Berg externe.


Bavière

Munich : dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle un jardin anglais externe de 375 hectares fut aménagé en centre ville  pour servir de jardin public, le premier d'Europe. Il compte deux pavillons chinois de 1789 (dont la tour restaurée en 1951). Je n'ai guère d'autre information, sinon que l'un deux abrite un restaurant et qu'en 1972 un pavillon de thé japonais les a complétés, ce qui me laisse craindre qu'il ne faille guère espérer y ressentir le sublime.

Le Nymphenburg, du début du XVIIIème, abrite des fabriques (temple, pagode, pavillon) de 1720/1725, qui ont été intégrées au jardin anglais de la fin XVIIIème. C'est donc un hybride pré et post anglo-chinois, grandiose au demeurant.


Sanspareil : Whilelmine, sœur de Frédéric II, épousa le margrave de Bayreuth externe, qu'elle surclassait largement. Autour du château Eremitage externe, qui a ses propres jardins externe elle fit aménager le jardin philosophique de Sanspareil externe (Felsengarten). Il est pourvu de rochers, de grottes, de réduits ou labyrinthes et de ruines. Son style pourrait être le plus proche de celui du Désert d'Ermenonville. L'aérien pavillon chinois posé sur le rocher du Belvédère a disparu. Par ailleurs il y a un éblouissant salon japonais dans le palais. Wilhelmine aménagea ses palais sur une quarantaine d'années à partir de 1744; le jardin philosophique date principalement de 1774.


Palatinat

Schwetzingen  "Versailles du Palatinat externe" : la plus grande partie du jardin est à la française, avec des alignements rigoureux. Au delà de la pièce d'eau et sur le côté droit, le paysagiste Ludwig von Skell aménagea un jardin anglo-chinois externe à partir de 1777, avec un pont chinois, plusieurs temples, des ruines, un pavillon de bains et un "jardin turc" orné d'une mosquée externe. Autre description externe. Ce palais externe fut un des lieux les plus en vue du temps, Voltaire y séjourna et Mozart s'y produisit.


Bade-Wurtenberg

Mergentheim  : cette vieille forteresse des Chevaliers teutoniques fut agrémentée dès la Renaissance d'un jardin de plaisance, transformé au milieu du 18ème siècle en jardin floral par le maître jardinier français François de Cuvilliés. En 1791 le grand maître Maximilien Franz d'Autriche décida une refonte complète du parc du château dans le style anglais externe. On cite plusieurs intervenants : Carl Caspar Reutter von Weyl de l'ordre, le jardinier en chef de la cour Franz Joseph Hüller, Ferdinand Lipper, Adam Stahl (pavillon chinois) et Franz Michael Dietz. Les deux pavillons d'été, respectivement de style turc et chinois, furent construits en 1802 et subsitent : le pavillon de la demi-lune Halbmondhäuschen externe (surmonté de la demi-lune turque), et le pavillon de la cloche Schellenhäuschen externe. Le lac et l'île de J.J Rousseau ont été réaménagés au début du 20 ème siècle.


.

Karlsruhe  : le palais, résidence des margraves de Baden externe est entouré d'un parc que Frederick Schweickardt fut chargé en 1787 d'aménager en jardin anglais externe. trois pavillons chinois se trouvent dans cet ensemble. L'un, construit par Wilhelm Jeremias Müller (Guillaume Jérôme Meunier) aux environs 1780, se trouve dans le Fasanengarten externe (faisanderie). Deux autres ont été construits par Friedrich von Kesslau en 1784. Il s'agit de kiosques; le premier, sur un plan carré, est surmonté d'un magot, le second, octogonal, d'une ombrelle en tôle. Mes remerciements à Rolf Bühler et Jean-Pierre Volkmer des services fonciers de la ville pour les précisions qu'ils m'ont communiquées sur ces trois pavillons.


Saxe

Pillnitz (sur les bords de l'Elbe aux environs de Dresde) : dans le parc du château externe, on trouve un jardin anglais externe créé à partir de 1778 à 1785, avec le pavillon anglais de 1780 du à l'architecte Johann Daniel Schade, et un jardin chinois externe créé de 1790 à 1804 par Christian Friedrich Schuricht, avec un pavillon chinois externe. L'ensemble est remarquablement remis en état, mais je n'ai pas encore de précisions sur ce qui est d'origine et ce qui a été reconstruit après le grand bombardement de 1945. Une barque de fête est exposée devant le palais; elle porte un petit pavillon de style chinois. Elle servait à convoyer depuis Dresde les invités à honorer. Sur une hauteur avoisinante ont été construites en 1785 de fausses ruines de château gothique, probablement par Schade.


.

Machern  (non loin de Leipzig) : Carl Graf von Lindenau commença en 1782 d'aménager à l'anglaise le parc externe de son château externe. La plupart des fabriques (temple d'Hygieia, ponts, ruines du "Ritterburg", pyramide externe) furent ajoutées après un voyage en Angleterre en 1792. L'ensemble est largement préservé mais un drainage a modifié l'emprise des étangs. Les constructions de rondins, salon d'été et chaumière, ont disparu.


Westphalie

Steinfurt : le Steinfurter Bagno externe, après agrandissement à 125 hectares et extension du lac, fut aménagé en jardin anglo-chinois à partir de 1780 pour le comte Ludwig Von Bentheim-Steinfurt. Georges Louis Lerouge l'a décrit dans son cahier mais seulement 39 des 105 fabriques ont été réalisées. A la mort du comte, son fils Alexis a réduit à le nombre de fabriques, par économie d'entretien et la mode ayant changé. Il n'y en avait plus que 16 en 1828 et il n'en reste plus que trois, dont une ruine externe sur une colline dominant le lac.




Réalisations tardives

En France, l'esprit d'utopie des fabriques avait été balayé par la Révolution. Il demeurait en Allemagne et tant les grands aristocrates donneurs d'ordre que les paysagistes continuèrent à cultiver le genre.
Ainsi le grand paysagiste allemand Peter Joseph Lenné (1789-1866) a créé d'importantes parties de l'ensemble de Potsdam que je n'ai pas citées et à Berlin le parc de Klein Glienicke externe et de l'île aux paons externe ornés de nombreuses fabriques (cette dernière incorpore de fausses ruines antérieures datant de 1796).


 

Russie

Tsarskoye Selo , appelé Pouchkine à partir de 1937, est maintenant connu sous les deux noms, l'ancien ayant de plus en plus tendance à l'emporter. Le grandissime poète y avait fait ses études secondaires externe, dans un groupe de condisciples formant une pépinière d'écrivains et d'artistes. Leurs cadets leur succédèrent, puis furent laminés par les suites de la Révolution d'Octobre : " toujours, jusqu'au bout de la Sibérie glacée, me reviendra le souvenir intouché des moments où l'avenir enivrant de la vie s'ouvrait pour nous à Tsarskoye Selo ".

On pourrait l'appeler palais des impératrices, car Catherine I y fit construire le premier pavillon, surprise pour son époux Pierre le Grand, puis Élisabeth construisit un palais, enfin Catherine II y fit aménager par Cameron plusieurs des salles majeures du palais et une partie du parc. Le tsar Alexandre prit le relais après 1800.

Comme dans beaucoup de sites dont il est question, les jardins connurent des aménagements successifs au gré des modes et des fantaisies des souverains. Mais ici, l'affection sans démenti qu'ils portèrent au lieu aboutit à une succession complexe d'étapes d'aménagement : sur les 530 hectares du domaine externe se juxtaposent plusieurs palais et des parties du parc distinctes. Autour des palais respectifs, le parc d'Alexandre externe et le parc de Catherine externe font partie du "parc de paysage". La présentation ci-dessous correspond à la division d'usage entre ces deux parcs, mais on trouve dans chacun des fabriques et pavillons construits à l'une ou l'autre période.

Dans le parc de Catherine se trouve la pyramide externe de Cameron (construite en 1774 à la place d'une première pyramide - y sont enterrés les deux lévriers favoris de Catherine), le pavillon du bain turc, un pont de marbre (dit parfois Pont Palladien, car il est au modèle de celui de Palladio, comme dans plusieurs autres jardins anglais, dont Stowe) et une grotte. Au milieu de l'étang se dresse sur une île la colonne rostrale de Chesma, de 25 mètres de hauteur. C'était l'époque d'une guerre avec l'empire Ottoman favorable à la Russie, et chaque victoire était saluée de la construction d'un pavillon de fantaisie. "Mon parc va être encombré, si cette guerre continue", faisait mine de se plaindre l'impératrice. Le terrain désespérément plat et infertile obligea à de gigantesques travaux d'adduction et de déblaiement. Catherine hésitait devant l'énormité des dépenses pour créer des collines; puis elle se décida, en disant "C'est comme ça, c'est mon caprice". Aussi les monticules artificiels entre lesquels s'étend le village chinois s'appellent le grand et le petit caprice. La ménagerie, entourée de murs flanqués de 4 folies en forme de bastions militaires, abritait au centre Mon Bijou (en français), réplique baroque en miniature de l'Hermitage. Elle coexista avec le jardin anglo-chinois sur l'emprise du parc d'Alexandre, jusqu'à ce qu'elle soit rasée vers 1818 ainsi que ses murs d'enceinte. Le théâtre chinois externe de 1778, bombardé, n'a pas été réhabilité.

L'architecte paysagiste Ilya Neyelov avait préparé dés 1778 - 1783 l'évolution vers un jardin anglais et aménagé des étangs aux formes irrégulières. Il formalisa en 1792 les plans d'une commande explicite de jardins anglo-chinois reprenant les fabriques déjà en place, autour du palais d'Alexandre. S'y trouve une série de pavillons chinois de 1760/1770 : allée de pavillons, terrasse chinoise, des cuisines ruinées, le "Pavillon grinçant", dont les girouettes sont à dessein mal huilées et le village chinois externe dû à Cameron, plus tardif, à la lisière du parc de Catherine. En 1828 furent ajoutées les portes égyptiennes par l'architecte Ménélas.

Ces étapes successives et l'importance du site n'ont d'équivalent qu'à Potsdam. Pour ce site exceptionnel, encore deux liens : Tsarskoye Selo en 1910 externe et Екатерининксий парк externe


.

Pavlovsk  : à l'origine le palais et son parc externe sont un cadeau de Catherine II à son fils Paul, à l'occasion de la naissance de son premier né mâle Alexandre. Charles Cameron, architecte écossais, réalisa de 1780 à 1786, avec le concours de l'artiste français F. Violiet, le palais et la partie la plus proche. Cette partie centrale, traitée en jardin anglo-chinois, abrite le temple de l'amitié externe, la volière, la laiterie, une colonnade d'Apollon externe et des ponts au-dessus de la Slavyanka, petite rivière.
L'architecte italien Vincenzo Brenna, fut chargé du Vieux et du Nouveau Bois. De 1790 à 1796, il compléta les ponts (dont celui du centaure et de la tour), ajouta l'amphithéâtre vert et l'amphithéâtre de pierre, le pavillon de la tour du racloir, la cascade à la ruine, un treillis, la porte du théâtre.

Dans les premières décennies du XIXème siècle, les architectes A. Voronikhin et C. Rossi complétèrent le paysage : trois nouveaux ponts, un théâtre de plein air, une tente turque, le pavillon rose, et le paysage d'étangs et d'allées plus éloignés. Cameron lui-même ajouta en 1801 le pavillon des trois grâces, orné d'un marbre de Paolo Triscorni.
Ce parc somptueux externe semble intégralement préservé (à l'exception de pavillons secondaires) sur plus de mille hectares : miracle de l'absence de spéculation foncière et de l'opiniâtreté du régime à relever les trésors nationaux anéantis par la guerre !


.

Lomonosov externe : le parc d'Oranienbaum externe, autour du palais du même nom, localement appelé palais Menshikov externe, prince proche de Pierre le Grand, qui le fit construire. Le parc comprend un réseau de lacs et de canaux. Au bord du lac supérieur, deux pavillons chinois (le palais chinois et la cuisine chinoise) et, sur le rivage opposé, la pergola. D'autres fabriques, des statues, des pavillons, des ponts et le lac inférieur. Plan du parc externe. Ne pas confondre avec son homonyme de Worlitz-Dessau en Allemagne


.

Gatchina externe : le parc externe comporte également des pavillons dans le goût anglo-chinois, dont un temple de Vénus sur l'île de l'amour et une colonne sur le rivage opposé. plan du parc externe


.

Peterhof externe, réplique de Pierre le Grand à Versailles, n'a pas de jardin anglo-chinois, mais seulement des pavillons classiques.


.

Ces palais et leurs parcs forment un ensemble exceptionnel autour de Saint-Pétersbourg, à l'image de la démesure de la Russie. La première ligne de chemin de fer du pays relia en 1837 Saint-Pétersbourg à Pavlovsk et Tsarskoye Selo. Occupés par l'armée allemande pendant le siège de la ville en 1942, les palais furent quasiment détruits, les constructions étant saccagées à dessein. La plus grande partie a été restaurée. Le mobilier d'origine et la statuaire, abrités pendant le conflit, ont retrouvé leur place. Mais le bâti n'a été reconstruit qu'avec des matériaux économiques : plâtre peint pour la faïence, béton pour les colonnes ... l'aspect général est restitué mais le visiteur risque de ressentir le décalage. (précisions communiquées par un spécialiste officiel dont je préserve l'anonymat) Le pavillon d'ambre de Tsarskoye Selo était tellement exceptionnel qu'il n'a pas été reconstitué.


.

Dans les environs de Saint-Pétersbourg, sur les rives du golfe de Vyborg, se trouve également le parc MonRepos externe aménagé au tournant du 18ème/19ème siècle par Ludwig Heinrich von Nicolaï externe (secrétaire du cabinet du Tsarévitch), qui fit modifier un parc anglais créé par un petit fils du duc de Wurtemberg (frère de Sophie, la future tsarine). Ce n'est pas d'un parc impérial comme les précédents, et il en est fondamentalement différent. Assez sauvage, ses 180 hectares laissent une place importante aux rocailles naturelles et à des bois clairsemés, un peu comme le Désert d'Ermenonville. Il comprend un pont chinois et deux temples classiques (similitude de nom avec Monrepos de Ludwigsburg, sans aucun rapport). Voir également : http://www.parkmonrepos.org/ externe et Wikipedia externe.


Moscou : bien que Saint-Pétersbourg ait accaparé la vie de la cour, quelques aristocrates se préoccupèrent de leurs parcs moscovites. Je n'ai pas encore de précisions sur ces quelques jardins susceptibles d'avoir été transformés dans le goût anglo-chinois. Le parc du palais de Tsaritsyno externe a été agrémenté de pavillons et de ponts sur des tranchées décaissées pour tenter de rendre le projet plus séduisant aux yeux de Catherine II, qui n'avait pas d'inclination pour Moscou.




Empire Austro-Hongrois

République tchèque

Lednice-Valtice : ce parc externe, aménagé par la famille des Liechtenstein est phénoménal : 18500 hectares ! Il s'étend entre les deux villes du sud de la Moravie dont il porte le nom. Sa limite sud est la frontière avec l'Autriche, et il pourrait tout aussi bien être considéré comme autrichien. Le site a été inscrit en 1996 au patrimoine mondial externe de l'Unesco; le World Monuments Fund externe l'inscrit dans sa liste des 100 sites menacés.

Des forêts, des cours d'eau, des étangs, forment l'arrière-plan d'un immense paysage composé, orné de nombreuses fabriques, dont un minaret, des ruines (le château de Januh c'est à dire de Jean) et un temple de Diane.


.

Veltrusy : le château externe appartint pendant 250 ans à la famille des Chotek. Une crue désastreuse ayant dévasté le jardin à la française en 1764, donna l'occasion à Rudolf Chotek d'aménager un jardin anglais. De nouvelles dévastations en 1784 et 1785, donnèrent un nouvel élan de reconstruction dans le goût anglo-chinois, avec de multiples fabriques et une "ferme arrangée". On peut encore voir le pavillon Dorique, le temple des amis de la campagne et des jardins, le réduit égyptien, le pont du sphinx et la grotte à la ruine, sans compter le pavillon de Laudon et celui de Marie Thérèse. Malheureusement le parc, installé dans une île de la Vltava, a souffert de la canalisation de cette rivière à la fin du 19ème siècle, qui le protège en partie externe des crues externe mais le prive d'eau.


.

Opocno : le château est sur un site millénaire. Le vaste parc baroque a été transformé dans les premières années du 19ème siècle, avec la création d'un jardin anglo-chinois externe de 20 hectares. La petite rivière Zlaty a été dérivée, sa vallée forme le paysage de fond. Au bord d'un des lacs se tient le pavillon chinois. Des monticules artificiels, la montagne de l'aigle et la montagne géante, offrent des points de vue. Les serres chaudes abritaient 350 espèces rares, orgueil du domaine, dont 230 survivent.


.

Vlasim : les Auerberg aménagèrent un jardin anglo-chinois externe de 75 hectares à partir de 1755. Il fut décoré de nombreuses fabriques sur des dessins de W. Berger et A. Pucherna, dont subsiste encore un pavillon chinois, de fausses ruines et plusieurs portes gothiques. La volière et la grotte ont disparu. Les restaurations récentes sont ... vigoureuses.


.

Cesky Krumlov : un labyrinthe, des grottes et le pavillon rococo Bellarie, au toit en pagode (sans être franchement chinois), valurent au jardin d'être décrit dans le "Cahier des Jardins anglo-chinois" de 1779. Le jardin de Rudoltice de 1770 semble avoir disparu. Le World Monuments Fund externe l'a inscrit dans sa liste.


.

Kromeriz : dans le parc du château externe des archevêques d'Olomutz, un jardin anglais externe de 64 hectares orné de fabriques a été aménagé au 19ème siècle. Le parc et le château est inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO externe mais ce sont surtout les éléments classiques qui sont mis en avant.


Slovaquie

Le château de Betliar externe, de la famille Andrasy, prés de Rovzana, est entouré d'un jardin anglais de la fin du 18ème siècle. On y trouve plusieurs fabriques externe dont une partie des années 1820 et d'autres, dont un pavillon chinois, beaucoup plus tardives, relèvent de l'exotisme du 19ème siècle, comme on en trouve beaucoup en Angleterre. En effet la famille a occupé et fait évoluer le domaine jusqu'en 1945.


Autriche

De nombreux jardins ont été créés autour de Vienne au XVIIIème siècle.

Laxenburg : l'impératrice Marie-Thérèse et son petit fils firent aménager un parc anglais externe de 250 hectares autour du château, au bord de la Schwechat. Les principales fabriques sont la grotte au bord du lac (Felsgrotte), la tombe du chevalier, la maison de la Lune, le temple de la Concorde et le pavillon vert (Grunes Lusthaus) qui est un pavillon ouvert couvert de treillis.


.

Schöenbrunn en 1788-1790 le parc externe reçut quelques éléments à la mode : des fausses ruines romaines (toujours présentes) et un obélisque, dont je ne sais pas s'il subsiste.


.

Schönborn externe (35 km au nord-ouest de Vienne) dans le jardin anglais transformé en golf, un pavillon chinois sur une île. Au fond du parc, une gloriette rococo abrite une statue de Jean Népomucène.


.

Neuwaldegg zu Dornbach : dans le parc Schwartzenberg externe un temple et deux obélisques.


Hongrie

Pavillon chinois dit "Bagatelle" externe dans le parc du palais Esterházy externe à Fertõd externe. Non loin, à Sopron externe, la maison de l'ombrelle construite en 1800.


.

A Tata externe : parc anglais externe de 240 hectares. Des fabriques fin XVIIIème siècle ne subsiste que l'église en ruines de Moreau, la maison de thé chinoise et le pavillon turc ont malheureusement disparu


Croatie

Le comte Juraj Niczky (qui était franc-maçon externe ) créa vers 1790 un parc à fabriques à Paukovac près de Zelina. Autour d'une villa néoclassique, le jardin comprenait un étang et des fabriques : un hermitage, une ruine, une bergerie ornée et une animalerie, des pavillons peints et des statues de dieux de l'antiquité. Il semble qu'il n'en reste rien. Ce jardin semble avoir été très proche de l'esprit des parcs à fabriques de France.




Autres pays d'Europe

Danemark

Le château de Frederiksberg Slot externe ou "palais jaune" a été construit vers 1700 comme résidence d'été de Frédéric IV. C'est aujourd'hui l'Académie militaire. Le Frederiksberg Park externe qui l'entoure fut d'abord un jardin baroque. Peter Petersen fut chargé en 1799 de le transformer en jardin anglo-chinois. Il est décoré de fabriques externe : le temple d'Apis dessiné par le peintre Nicolai Abildgaard décora son intérieur ainsi que des parties de la maison d'été chinoise construite par l'architecte Andreas Kirkerup. Les deux peuvent être visitées à l'occasion d'expositions. On compte également un chalet suisse, une rocaille faisant cascade et un petit pavillon chinois sur un pont.   Faisant suite, le Søndermarken externe ("domaine sud") comptait un pavillon chinois qui a été détruit.


.

Dans l'île de Tåsinge externe, le riche château de Valdemar externe abrite dans un parc maintes fois remanié un pavillon de thé externe de 1790.


.

Dans l'île de Møn, au manoir de Liselund externe : Antoine de Bosc de la Calmette et son épouse Lisa aménagèrent un jardin anglais orné de fabriques. Le chalet suisse externe, la maison norvégienne et le pavillon chinois externe construit en 1800 sont toujours la. Mais une tempête emporta en 1905 la falaise de craie (qui est une curiosité naturelle remarquable de l'île de Møn) et d'autres fabriques furent englouties : la chapelle, les ruines, le pavillon de bains et un crucifix de craie.


Finlande

Vers 1790 le manoir de Fagervik externe, maison du maître de forges Mikael Hisinger, fut orné d'un jardin anglais, avec le plus romantique des pavillons chinois que je connaisse. Il subsiste de nombreuses constructions externe, remarquables témoignages d'architecture industrielle et sociale de l'époque.     Pour vous essayer au finnois, l'histoire des forges : Fagervikin ruukinalue externe

Par ailleurs j'ai rattaché à la Russie le parc de Monrepos (voir ci-dessus), qui appartint à la Finlande à certaines périodes.


Pologne

voir la page spéciale :   Pologne   créée en avril 2017

 


Belgique

Parc et château de Belœil externe. Le prince de Ligne avait parcouru l'Europe, vu beaucoup de jardins, et rêvé de transformer l'immense parc de son château en jardin à l'anglaise orné de quelques fabriques. Il ne réalisa qu'une petite partie de ce projet (qui aurait compris en particulier un pavillon chinois et un pavillon turc). En 1766, il avait déjà fait construire par Bélanger le temple de Morphée ; il aménage l'île de Flore en forme de trèfle ; puis, après 1786, il fit construire la Ruine et l'obélisque. Ceci dans une modeste annexe à l'anglaise du jardin régulier. Le prince, arbitre des élégances aux bals de la cour à Versailles, était l'observateur pénétrant, spirituel et impitoyable de la mode des jardins anglo-chinois (voir la bibliographie). Du parc de la Folie Saint-James, œuvre de parvenu, il disait " cet endroit serait fort beau, s'il ne l'était pas tant".


.

La pagode chinoise du parc de Schonenberg à Laeken (faubourg de Bruxelles), inspirée de celle de Kew, a elle aussi totalement disparu, comme l'orangerie chinoise, brûlées par les troupes françaises vers 1800 (ne pas confondre avec le pavillon chinois et le pavillon japonais de l'exposition de Paris de 1900, qui ont été remontés dans le parc de la résidence royale, qu'ils décorent désormais).


.

Au château d'Attre externe, possession des comtes de Gomegnies, un jardin anglais fut aménagé à l'instigation de l'archiduchesse Marie-Christine d'Autriche (sœur de Marie-Antoinette), avec quelques fabriques, en particulier une énorme rocaille externe de 24 mètres de haut, percée de grottes et surmontée d'un belvédère.


.

Le parc du château de Wespelaar externe comporte des fabriques, dont un temple, une pyramide et un pavillon chinois. C'est le même paysagiste qui traita Laeken. 20 hectares sont devenus en 1984 l'arboretum de Wespelaar externe, que l'on visite, où se trouvent une partie des fabriques, dont le temple.


Pays Bas

Slot Zeist externe (prov. d'Utrecht) : une maison de thé se trouve dans le parc du château. Il semble probable qu'elle date de la fin XVIIIeme mais ce n'est pas certain. On en trouve bon nombre dans d'autres parcs et jardins publics, dont certaines sont de simple buvettes.


Suisse

A Arlesheim, à une dizaine de km au sud-est de Bâle, le parc de l'Ermitage externe, aménagé à partir de 1785 pour Heinrich von Ligerz, Franz Carl von Andlau et Balbina von Staal. C'est un jardin anglais sauvage, parcouru de ruisseaux tombant en cascades, agrémenté de fabriques: grottes de rocaille, temples, maison de l'ermite et de roches gravées d'inscriptions. Liens : 1, 2 externe, 3 externe.


.

Juste à limite est du centre historique de Lausanne, dans le domaine du 18ème siècle de Mon repos externe un jardin anglais a été aménagé dans les années 1820, avec une ferme et une tour néogothique. Il est donc un peu tardif.


Europe latine

Elle fut peu touchée par la mode du jardin anglo-chinois :

en Italie : dans le domaine des Bourbon-Sicile de Caserte externe, à 30 km au sud de Naples, qui avec son parc sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco externe, une partie a été aménagée en jardin anglais externe vers 1785 pour la princesse Marie-Caroline d'Autriche par le paysagiste anglais Graefer. Il comprend un lac et un labyrinthe, chacun avec un temple, et les bains de Vénus. Baigné de la lumière du midi et orné de plantes méditerranéennes, ce parc tranche sur les jardins du nord et semble d'un ensorcelant charme capiteux.
La villa chinoise de la Favorite externe (Palazzina Cinese) construite en 1798 pour Ferdinand III de Bourbon à Palerme est indéniablement précieuse, mais ne correspond pas au genre anglo-chinois.


.

en Espagne : un kiosque chinois externe a été construit pour le prince de Bourbon dans le parc externe du château d'Aranjuez.


.

Quelques fabriques ornent le parc du Retiro externe en plein centre de Madrid, dont la création est bien antérieure. Au contraire le parc d' El Capricho externe, à la périphérie de la capitale, date de 1783. Il compte plusieurs fabriques externe (un temple de Bacchus, des colonnades, un ermitage, ..), mais il a été retravaillé par la suite.




Les parcs d'Europe les plus complets en terme d'extension et de fabriques visibles sont probablement Kew Gardens, Wörlitz, Pavlovsk et Tsarskoye Selo. Aucun des sites français ne peut rivaliser avec eux en extension. Bien entendu, à l'époque, le Désert de Retz et Méréville leur étaient au moins égaux, et sans doute supérieurs en raffinement, ainsi qu'Ermenonville dans le genre parc philosophique.

Malheureusement, le sublime n'y est pas forcément facile à percevoir : avions et populace à Kew, autoroute à Worlitz, reconstitution trop visible en Russie.

Alors, où retrouver la perfection de l'époque ? sans doute dans des parcs moins spécifiquement anglo-chinois, comme Stowe, Potsdam et Chantilly, en attendant la restauration en cours ou amorcée des trois français : Hameau de la Reine, Désert de Retz, Méréville.


.


haut de la page page précédenteretour accueil plan du site  

externe signale les
liens externes

 


droits réservés de l'auteur, Dominique Césari
Page créée le 19 novembre 1999   -   dernière mise à jour le 5 février 2015 (rédaction révisée et liens entièrement rétablis) - page spécifique Pologne en avril 2017
Je vous prie d'excuser les liens brisés, sur ce point les institutionnels sont bien plus inconsistants que les particuliers dans la pérennité de leurs pages.
La palme en la matière revient aux pays d'Europe orientale.